•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faible taux de chômage dans Chaudière-Appalaches : un casse-tête pour les employeurs

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les plus récentes données de Statistique Canada démontrent que l'emploi se porte toujours bien dans la région de Chaudière-Appalaches. Avec un taux de chômage de 3,1 % en octobre, la difficulté de recruter de la main-d'oeuvre qualifiée se fait toutefois sentir.

Le taux de chômage enregistre une baisse de six dixièmes de point par rapport à la même période l'année dernière. Il se situe sous le seuil de ce qui est considéré comme le plein emploi.

Chaudière-Appalaches est la région du Québec où le taux de chômage est le plus bas.

« C'est sûr et certain qu'avec un taux de chômage à 3,1 %, ça vient soulever un peu l'effet de rareté de main-d'oeuvre disponible dans Chaudière-Appalaches », explique Louis Gagnon, économiste principal à l'agence de développement économique Québec international.

De son côté, Jérôme Gaudreault, directeur général de la Chambre de commerce de Lévis, indique que le manque de main-d'oeuvre spécialisée peut forcer des entreprises à limiter leur croissance.

« Il y a des entreprises qui doivent malheureusement refuser du travail, refuser des contrats justement parce qu'elles manquent d'employés. Ce n'est pas une situation généralisée [...], mais dans certains cas, quand les carnets de commandes sont pleins puis qu'on n'a pas assez de main-d'oeuvre disponible, effectivement, c'est un frein à la croissance des entreprises », dit-il.

Les secteurs où le manque de main-d'oeuvre est le plus criant sont ceux des services, des assurances, de la santé ainsi que le secteur manufacturier.

Louis Gagnon précise quant à lui qu'un faible taux de chômage peut tout de même avoir des conséquences bénéfiques. « Ça peut aussi avoir un effet positif sur l'attraction de main d'oeuvre en provenance de l'extérieur », fait-il remarquer.

Dans la région de la Capitale-Nationale, le taux de chômage a également enregistré une diminution. Il a baissé de deux dixièmes de point pour se fixer à 5,3 %.

À l'échelle provinciale, 20 000 emplois ont été créés en octobre, surtout des emplois à temps partiel. Le taux de chômage est passé de 8 % à 7,7 %.

Au Canada, le taux de chômage est resté stable à 7,4 %, comme en septembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !