Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La création d'emplois s'accélère aux États-Unis

Salon de l'emploi aux États-Unis

Des participants à un salon de l'emploi aux États-Unis

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Charlie Riedel

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le taux de chômage a augmenté de 0,1 point de pourcentage aux États-Unis en octobre à 7,9 %, malgré une accélération des embauches. À quatre jours de l'élection présidentielle, ces statistiques fournissent des arguments aux deux candidats.

Cette remontée du chômage est conforme aux prévisions médianes des analystes. Toutefois, la création nette d'emplois le mois dernier (171 000) est supérieure aux 125 000 nouveaux postes attendus. La hausse du taux de chômage s'explique en fait par le plus grand nombre de chercheurs d'emplois aux États-Unis en octobre.

« La croissance de l'emploi s'est améliorée de façon significative en octobre, même si une remontée de la population active a fait légèrement augmenter le taux de chômage », souligne l'économiste Sal Guatieri de BMO Capital Markets. « Cela indique que l'économie reprend un peu de vigueur et que la croissance du PIB va être plus importante au quatrième trimestre que les 2 % du troisième trimestre », ajoute-t-il.

Le département américain du Travail a aussi révisé à la hausse les créations d'emplois estimées pour août et septembre. Quelque 84 000 postes de plus que prévu ont été créés.

Obama se réjouit, Romney le critique

« Nous avons appris que les entreprises avaient embauché plus de personnes en octobre que lors de chacun des huit mois précédents », s'est félicité le président sortant Barack Obama en campagne à Hilliard, en Ohio, en référence aux 171 000 emplois créés. « Notre combat continue, il nous faut encore progresser », a néanmoins reconnu le démocrate.

Son rival républicain Mitt Romney s'est plutôt attardé au taux de chômage en hausse. « Le président Obama a promis le changement, mais n'a pas pu le réaliser. Je promets le changement, et mon bilan montre que j'en suis capable », a affirmé M. Romney dans le Wisconsin. Il a estimé que ces chiffres sont « un triste rappel que l'économie [américaine] est virtuellement au point mort ».

Barack Obama brigue un second mandat avec le taux de chômage le plus haut depuis Franklin Roosevelt, qui a été réélu en 1937 après avoir gouverné le pays au plus fort de la Grande Dépression.

Les électeurs américains placent l'économie au sommet de leur échelle de priorités. Tout au long de sa campagne, le président sortant a fait valoir qu'il avait empêché que la situation économique du pays ne s'aggrave, rappelant que la crise avait commencé sous son prédécesseur républicain George W. Bush. Le démocrate a hérité en janvier 2009 d'un taux de chômage de 7,8 % qui allait franchir le seuil symbolique de 10 % dans la première année de son mandat.

Mitt Romney a pour sa part argué que la faiblesse de l'économie démontre que les politiques de Barack Obama sont inefficaces et que son propre bilan en tant qu'homme d'affaires atteste qu'il peut faire mieux.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !