Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une hausse de 3,3 % des taxes municipales à Montréal

Le maire de Montréal, Gérald Tremblay

Le maire de Montréal, Gérald Tremblay

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le budget 2013 de Montréal prévoit une hausse totale de 3,3 % des taxes municipales, a annoncé mardi matin le maire Gérald Tremblay. Une multitude de questions sur les allégations de corruption et de collusion impliquant l'administration municipale lui ont d'ailleurs été posées lors de sa présentation, poussant le maire à affirmer qu'il refuserait désormais d'y répondre.

Plus en détail, la hausse est de 2,2 % pour les impôts fonciers et de 1,1 % pour la contribution au fonds de l'eau. Cette taxe spéciale, en vigueur depuis 2004, est vouée à la réfection des infrastructures reliées à l'eau.

C'est la quatrième hausse depuis la réélection du maire Tremblay en 2009. Celui-ci souligne toutefois que l'augmentation des impôts fonciers suit l'inflation. Il indique aussi que depuis 2001, la charge globale des citoyens a été inférieure à cette inflation, « respectant ainsi la capacité de payer des citoyens ».

M. Tremblay justifie cette nouvelle augmentation par le fait que plusieurs investissements sont nécessaires à Montréal. Il affirme d'ailleurs que malgré l'augmentation des taxes municipales, il manquera 700 millions de dollars à la Ville pour parvenir à tous ses objectifs.

En fait, en 2013, le budget de fonctionnement de Montréal s'élèvera à 4,9 milliards de dollars, en hausse de 2,7 %.

De cette somme, 1 milliard va à la sécurité publique, soit 686 millions au Service de police, une augmentation de 25 millions, et 348 millions au Service de la sécurité incendie, une hausse de 21 millions.

La Société de transport de Montréal recevra quant à elle 10 millions de plus, pour un total de 401 millions de dollars.

« Pour faire revenir les familles et les garder », la Ville accorde également 16 millions de dollars de plus aux services récréatifs, sportifs et culturels, pour un total de 481 millions de dollars. La mise à niveau de plusieurs bibliothèques a entre autres été mentionnée.

Par ailleurs, 177 millions seront destinés à la gestion des matières résiduelles, 158 millions au déneigement, 441 millions à la gestion de l'eau et 136 millions au fonctionnement de la voirie.

La Ville mentionne également que la charge des régimes de retraite de ses employés atteint une proportion importante du budget, soit 12 %.

En présentant le budget 2013, le maire a aussi tenu à souligner que celui-ci allait présenter des changements majeurs, puisqu'on pourrait y constater « les bénéfices de la réforme de financement des arrondissements amorcée en début d'année ». Ainsi, les transferts aux arrondissements seront augmentés de 37 millions de dollars. Les arrondissements obtiendront en plus 5 ¢ par 100 $ d'évaluation foncière, pour un transfert total de près de 87 millions de dollars.

La corruption et la collusion reviennent sur le tapis

Bombardé de questions sur les allégations de corruption et de collusion qui pèsent sur les fonctionnaires de la Ville, Gérald Tremblay a d'abord déclaré que son administration faisait tout en son pouvoir pour mettre en place des balises qui éviteraient ce genre de comportement.

À un journaliste qui voulait savoir ce que Gérald Tremblay pensait de ces allégations et ce qu'il savait exactement à propos de celles-ci, M. Tremblay s'est écrié qu'une commission était en place et que celle-ci allait répondre à toutes les questions.

« Je ne peux pas tous les jours répondre à ces questions. Je vais continuer à gérer la Ville de Montréal dans le meilleur intérêt des citoyens. Alors si vous continuez sur ce sujet, je ne vous répondrai plus », a-t-il lancé.

À un autre journaliste qui insistait en demandant si le maire était à l'aise de demander des augmentations de taxes aux citoyens alors que plusieurs fonctionnaires sont soupçonnés de s'être rempli les poches de toutes sortes de façons malhonnêtes lors des dernières années, M. Tremblay a dit qu'il était très à l'aise, car Montréal nécessite de nombreux investissements et les citoyens s'attendent à avoir une qualité de vie décente.

Des critiques

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain est en désaccord avec la hausse des taxes. Elle déplore le fait que Montréal « s'entête à augmenter les charges fiscales au-delà de l'inflation, alors que l'économie de la métropole peine à créer des emplois ».

« La Ville annonce une hausse des taxes municipales de 3,3 %, soit 50 % de plus que le niveau de l'inflation, estimé à 2,2 %. Cette augmentation est imprudente dans le contexte économique encore difficile et incertain. Montréal souffre d'un taux de chômage anormalement élevé par rapport au reste de la province », a déclaré le président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc.

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) est également déçue de la hausse de taxes.

« Nous aurions souhaité que les autorités municipales démontrent plus fermement leur volonté de contrôler leurs dépenses », a affirmé Martine Hébert, vice-présidente de l'organisme pour le Québec.

La FCEI dénonce l'« iniquité fiscale » qui fait que le taux des taxes du secteur non résidentiel est toujours quatre fois plus grand que celui du secteur résidentiel, ce qui « n'aide en rien l'optimisme des dirigeants des petites et moyennes entreprises de Montréal qui sont le coeur de l'économie montréalaise ».

Par ailleurs, Richard Bergeron, le chef du parti d'opposition Projet Montréal, a lui aussi critiqué le budget et ses hausses de taxes. Selon lui, « aucun contrôle des dépenses n'est fait par l'administration Tremblay-Applebaum, notamment, sur la masse salariale, les frais d'administration et le fonds de l'eau ».

M. Bergeron affirme qu'« il est indécent » de voir le fonds de l'eau augmenter, alors « que les travaux d'aqueducs et d'égouts étaient plus souvent qu'autrement ciblés par la corruption et la collusion à la Ville de Montréal ».

D'après Richard Bergeron, « une hausse de la taxe foncière supérieure à l'inflation combinée à la hausse des tarifs des transports collectifs, c'est un cocktail explosif pour inciter davantage les jeunes familles à choisir de s'établir en banlieue cette année ».

Quant au parti de l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville, Vision Montréal, il a souligné avant le dépôt du budget que le fardeau fiscal des Montréalais a augmenté de près de 17 % en quatre ans. Il estime que l'administration Tremblay a perdu le contrôle des dépenses.

« L'administration Tremblay perd le contrôle de la gestion des fonds publics en raison notamment de la collusion et de la corruption au sein de la Ville. À la lumière des témoignages recueillis à la commission Charbonneau, et qui évoquent des surcoûts de 30 %, des évaluations tronquées, des contrats dirigés, des commissions de 3 % et ainsi de suite, une seule conclusion s'impose : les contribuables font les frais de pratiques immorales et illégales depuis de nombreuses années. Dans ce contexte, l'augmentation de 3,4 % est totalement inacceptable », a déclaré Véronique Fournier, conseillère et vice-présidente de la Commission sur les finances et l'administration.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !