•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ouragan Sandy s'en prend aussi à l'économie

Bourse de New York
La Bourse de New York est fermée lundi. Photo: La Presse canadienne / AP Photo/Richard Drew
Radio-Canada

La Bourse de New York restera fermée mardi pour une deuxième journée de suite, en raison du passage de l'ouragan Sandy sur la côte Est des États-Unis. La tempête risque aussi de toucher lourdement les assureurs et les compagnies aériennes.

La Bourse de New York cesse temporairement ses activités puisque l'institution se trouve dans un secteur inondable et qu'il pourrait être difficile d'assurer la sécurité des employés. Les échanges électroniques ont cessé 15 minutes avant l'ouverture habituelle de la séance, soit à 9 h 15 lundi.

Des entreprises comme Pfizer et Thomson Reuters ont reporté le dévoilement de leurs résultats financiers à plus tard cette semaine. Les responsables de la Bourse de New York ont précisé que les transactions pourraient aussi être perturbées mardi. En septembre 1985, l'ouragan Gloria avait également forcé l'arrêt des transactions pendant une journée complète au parquet new-yorkais.

Dimanche, le maire de New York, Michael Bloomberg, a ordonné à 375 000 personnes d'évacuer des zones à risque en vue du passage de Sandy, dont certains secteurs du Lower Manhattan, qui comprend le quartier financier de la métropole.

La dernière fois que la Bourse de New York a été fermée deux jours de suite, c'était en 1888 à la suite d'une tempête hivernale qui avait laissé plus de 10 m de mètres par endroits.

Par ailleurs, selon un porte-parole gouvernemental, la situation d'urgence causée par Sandy pourrait retarder la publication des données américaines sur l'emploi d'octobre, qui devaient être rendues publiques vendredi, le 2 novembre.

Des milliards de dollars en dommage

Le secteur des assurances sera notamment touché. « Déjà en s'approchant, (l'ouragan) Sandy provoque une interruption d'une partie de l'économie en raison des mesures de précaution » prises pour protéger les populations, ont indiqué des analystes de la Banque cantonale de Zurich (ZKB). « Si Sandy touche les métropoles géantes, il faut s'attendre à d'importants dommages, qui seront non seulement composés de dommages matériels, mais aussi d'interruptions d'activité », ajoutent-ils.

Les analystes de ZKB s'attendent à des coûts de plusieurs milliards de dollars pour les assureurs, qui pourraient être supérieurs à ceux provoqués par l'ouragan Katrina en 2005.

Le professeur d'économie à l'Université du Maryland Peter Morici est du même avis.

« Au moins 25 % de l'économie américaine pourrait être touchée, ce qui signifie 45 milliards de pertes. L'ouragan Sandy devrait aussi avoir un impact dévastateur sur la vie et la propriété », estime-t-il.

Les experts s'attendent à ce que les effets de la tempête continuent à se faire sentir bien après son passage. « Il faudra des semaines pour réparer les possibles coupures de courant et les dégâts sur les infrastructures », résume le cabinet d'études Challenger, Gray and Christmas.

Ouragans ayant été les plus coûteux pour les États-Unis

Hazel, le pire ouragan qu'a connu le Canada

Le 15 octobre 1954, l'ouragan Hazel frappe la ville de Toronto, qui compte à l'époque plus de 1 million d'habitants. Les vents atteignent 124 km/h et il tombe plus de 200 millimètres de pluie en moins de 24 heures. L'ouragan fait 81 morts à Toronto et laisse près de 1900 familles sans foyer. On a estimé que les coûts de réparation s'étaient chiffrés à 100 millions de dollars, ce qui équivaudrait aujourd'hui à plus de 1 milliard de dollars.

Des pertes pour le secteur des transports

L'ouragan Sandy perturbe aussi les transports, autant les transports en commun que les vols et les déplacements en train. Près de 9000 vols ont été annulés en Amérique du Nord, au départ ou à destination de plusieurs villes de l'Est américain, de Washington à Boston.

Lundi matin, une soixantaine de vols vers les États-Unis étaient annulés à l'aéroport de Montréal et plus de 300 autres aux aéroports de Toronto.

Vols annulés à MontréalVols annulés à Montréal lundi matin Photo : Dominic Brassard

Des compagnies aériennes ont aussi rapatrié des appareils en dehors des régions qui seront touchées par la violente tempête pour éviter qu'ils soient endommagés. Ces déplacements ont également engendré des retards de vols.

Le consultant en transport George Gamlin avance que l'ouragan Sandy se traduira par des dépenses supplémentaires de centaines de millions de dollars pour le secteur aérien. En plus de pertes de revenus, ces compagnies doivent payer les frais de leur personnel qui est retenu dans une autre ville que la leur.

Des hôtels doivent aussi composer avec des annulations de réservations. La journée de dimanche a été particulièrement occupée pour le groupe Starwood, qui exploite plusieurs enseignes comme Westin, Sheraton et Marriott, explique une employée. Beaucoup ont annulé des réservations, surtout à New York, ajoute-t-elle, puisqu'ils craignaient des inondations et des coupures d'électricité.

Le pétrole en légère baisse

Le prix du baril pétrole était légèrement à la baisse lundi matin même si une douzaine de raffineries, qui sont dans les environs de la trajectoire de Sandy, ont réduit leur production. Les analystes s'attendent à une baisse de la demande de pétrole en raison des déplacements perturbés dans l'Est américain en ce début de semaine.

Avec les informations de Agence France-Presse, Bloomberg, et Reuters

Économie