•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attentat dans une église catholique au Nigeria

L'église de Kaduna, au Nigeria, où s'est fait exploser un kamikaze au volant d'un véhicule utilitaire sport.

L'église de Kaduna, au Nigeria, où s'est fait exploser un kamikaze au volant d'un véhicule utilitaire sport.

Photo : AFP / Victor Ulasi

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au moins huit personnes sont mortes et plus d'une centaine ont été blessées lorsqu'un kamikaze a fait exploser un véhicule utilitaire sport en percutant une église catholique à Kaduna, dans le nord du Nigeria.

Peu de temps après, des chrétiens en colère sont descendus dans la rue, armés de bâtons et de couteaux. Ils auraient notamment battu à mort deux musulmans et brûlé vif un homme qui conduisait une moto.

La police a mis en place des barrages routiers et monté des patrouilles à travers la ville pour empêcher que les violences ne s'étendent. Kaduna a été la cible d'attaques attribuées au groupe islamiste radical Boko Haram à plusieurs reprises. Le groupe n'a cependant pas revendiqué cet attentat.

Bien que la majorité chrétienne du sud et la majorité musulmane du nord vivent en harmonie, Kaduna a été le théâtre de plusieurs attentats revendiqués par des islamistes radicaux qui veulent instaurer la charia, c'est-à-dire des règles de conduite touchant les principaux aspects de la vie privée et publique des musulmans.

Quelques heures après l'attentat, le président du Nigeria, Goodluck Jonathan, a condamné l'attentat et promis un combat plus ferme contre « la terreur ».

« Nos efforts pour combattre tous les actes de terreur et de violence ne peuvent être renforcés que dans la mesure où les agences de renseignement continuent à bénéficier de tout le soutien dont elles ont besoin de la part du gouvernement pour renverser cette tendance inacceptable et malheureuse qui menace la paix et la stabilité de notre nation », a déclaré M. Jonathan.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !