•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Des tours de bureaux à la place de l'ancien Spectrum

    Radio-Canada

    Le terrain de l'ancien Spectrum, salle de spectacle mythique située au coin des rues De Bleury et Sainte-Catherine à Montréal, est en friche depuis 2008. Après avoir accordé un premier délai aux promoteurs, l'arrondissement vient de leur accorder cinq ans de plus et renonce à une garantie de 1,25 million de dollars qui devait être versée si le projet n'était pas terminé en 2010.

    À l'arrondissement de Ville-Marie, on affirme que de prolonger le délai plutôt que d'encaisser la garantie est une bonne décision. « L'objectif, lorsqu'on demande une garantie bancaire pour la Ville, ce n'est pas nécessairement d'encaisser ce montant-là, c'est de voir un projet se réaliser », précise le directeur des aménagements urbains, Marc Labelle.

    Les promoteurs, le Fonds immobilier de solidarité FTQ et Canderel, proposent un projet deux fois plus ambitieux que ce qui avait été prévu au départ. Sur un terrain deux fois plus grand, ils veulent bâtir au moins deux tours, dont l'une compterait une trentaine d'étages.

    Les plans prévoient la construction de plus d'un million de pieds carrés d'espaces de bureau et de commerce. Les promoteurs devront verser une nouvelle garantie de 1,75 million de dollars. Ils cherchent actuellement des locataires avant de fixer définitivement le projet.

    « D'ici cinq ans, normalement, ça devrait être construit et loué à 100 %. Je pense qu'on a aujourd'hui un bien meilleur projet pour le Quartier des spectacles », affirme le PDG du Fonds immobilier de solidarité FTQ, Normand Bélanger.

    Deux tours, dont une de 30 étages, seront construites.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Deux tours, dont une de 30 étages, seront construites.

    Photo : Francine Plourde

    Mais pour le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, les garanties bancaires ne garantissent rien. « Je ne suis pas d'accord avec le principe même de la garantie, parce qu'on a vu d'autres projets où des promoteurs paient la garantie et revendent le terrain trois ou quatre fois le prix qu'ils ont payé », dit-il.

    Richard Bergeron estime que la Ville devrait plutôt récupérer le terrain quand le promoteur ne remplit pas ses promesses. Projet Montréal déplore aussi que le promoteur n'ait aucune obligation de construire une salle de spectacle pour remplacer le Spectrum, ni de réserver des locaux à prix modique aux organismes culturels, alors que le terrain est en plein coeur du Quartier des spectacles.

    Depuis le lancement du Quartier des spectacles, deux salles importantes pour la relève ont disparu : le Spectrum et le Medley, au coin de la rue Saint-Denis et du boulevard René-Lévesque. Le Musée Juste pour rire, lui aussi fermé sur le boulevard Saint-Laurent, au nord de la rue Ontario, comprenait également une salle de spectacle.

    Le terrain de l'ancien SpectrumAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Le terrain de l'ancien Spectrum

    Photo : Francine Plourde

    Réglementation et zonage

    Le Fonds de solidarité et Canderel affirment que leur projet respectera le zonage du quartier.

    Le site est divisé en deux parties, soit celle qui borde la rue Sainte-Catherine et celle qui longe la rue Jeanne-Mance.

    Le règlement de zonage prévoit qu'en bordure de la rue Sainte-Catherine, on doit avoir au minimum trois étages et on peut construire jusqu'à sept étages en bordure de rue. Au-dessus de ce premier volume de trois à sept étages (hauteur maximale de 23 mètres), on peut construire un second volume qui aura une hauteur maximale de 60 mètres (20 étages), à la condition qu'il soit implanté en retrait de la façade du premier volume.

    Sur le reste du terrain, les hauteurs permises sont beaucoup plus élevées. Ainsi, il est possible de construire une tour de 40 étages à des fins de bureaux ou de 65 étages à des fins résidentielles ou hôtelières. En effet, il faut compter quatre mètres de hauteur par étage pour une occupation de bureau, tandis qu'une occupation résidentielle ou hôtelière peut s'accommoder de trois mètres de hauteur par étage.

    Pour ce qui est des usages, on peut occuper le site aux mêmes fins que ce qu'on retrouve en général dans le bâti typique de la rue Sainte-Catherine et du centre des affaires, soit un hôtel, des grands ou petits magasins, des bureaux ou encore de l'habitation. Des fonctions institutionnelles sont également autorisées.

    Par ailleurs, une partie du terrain devra être décontaminée, selon l'Avis de contamination ci-dessous.

    Spectrum - Avis de Contamination (Nouvelle fenêtre)

    Un reportage de Francine Plourde

    francine.plourde@radio-canada.ca (Nouvelle fenêtre)

    Économie