ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mars, la voisine

Mars

Photo : NASA

Radio-Canada

Elle est la quatrième planète à partir du Soleil. Seule Mercure est plus petite qu'elle. Elle se trouve à 228 millions de km du Soleil en moyenne.

Mars

Son surnom de planète rouge lui vient de la couleur rouille du fer oxydé contenu dans son sol.

Photo : ESA

Elle accomplit sa révolution autour du Soleil en 687 jours (ce qui correspond à une année martienne). Une journée martienne dure 24,62 heures, soit presque la même durée qu'une journée terrestre.

Mars possède une atmosphère et une température qui se rapprochent de celles de la Terre.

Elle a deux satellites naturels: Déimos et Phobos

Sa surface est très accidentée. On y retrouve le plus gros volcan du système, le mont Olympe, et le plus grand canyon, Valles Marineris.

Elle peut être observée à l'oeil nu. C'est le quatrième objet le plus visible depuis la Terre.

L'exploration martienne

En 1965, la sonde américaine Mariner 4 prend 22 clichés de la planète. Plutôt imprécis, ils montrent une surface rocailleuse et de nombreux cratères.

En 1969, les sondes Mariner 6 et 7 atteignent la planète rouge. Elles survolent les régions polaires équatoriales et du sud de la planète, prenant plus de 100 photos et analysant l'atmosphère et la surface martienne.

En 1971-72, Mariner 8, qui devait continuer l'exploration de la planète, tombe dans l'océan près de Puerto Rico. À la fin de l'année, Mariner 9 devient le premier objet de fabrication humaine à être mis en orbite autour de la planète Mars.

La sonde renvoie de nombreuses photos des volcans et des canyons martiens. L'Union soviétique connaît ses premiers succès martiens avec Mars 2 et Mars 3. Elles compilent des données sur l'atmosphère martienne. La sonde Mars 3 relâche un module qui s'écrase sur la planète rouge. Il porte les couleurs soviétiques.

En 1973-74, L'Union soviétique lance quatre sondes (Mars 4,5,6,7) vers Mars, mais seule Mars 5 l'atteint.

En 1976, Les sondes américaines Viking 1 et 2 se posent sur Mars. Leurs instruments procurent plusieurs informations sur sa surface et son atmosphère. Certaines données démontrent qu'il n'y a pas de vie sur la planète. En fait, à cette époque, Mars est déclarée stérile.

Ce constat sera remis en question deux décennies plus tard lorsqu'une roche martienne tombe sur Terre. La NASA y découvre des fossiles microbiens.

En 1988, l'Union soviétique lance ses deux dernières sondes, Phobos 1 et Phobos 2, mais les missions n'atteignent pas leur objectif à la suite de problèmes techniques. Elles prennent quand même des images de la Lune et de Mars.

En 1993, après une pause de 18 ans, les Américains tentent un retour sur la planète rouge. Malheureusement, la sonde Mars Observer devient silencieuse trois jours avant d'entrer en orbite autour de la planète. Les communications n'ont jamais été rétablies.

En 1996, la sonde américaine Mars Global Surveyor est lancée de Cape Canaveral. Sa mission: cartographier la planète. Elle transmet 120 000 clichés de la planète, dont certains révèlent l'existence d'eau sous sa surface. La sonde est toujours opérationnelle. La Russie tente d'envoyer la sonde Mars 96, mais elle tombe dans le Pacifique.

En 1997, Mars Pathfinder atterrit sur la planète. La sonde va renvoyer des milliards d'informations, dont 20 000 images. Les informations laissent supposer que la planète a déjà été chaude et humide.

En 1998, le Japon lance Nozomi (Espoir), sa première sonde martienne. Elle doit étudier la haute atmosphère de la planète, les effets du vent solaire et le champ magnétique.

En 1999, désastre pour la NASA. La sonde Mars Climate Orbiter est perdue à la suite d'une erreur de calcul: une partie de l'équipe utilisait le système métrique alors que l'autre utilisait le système impérial.

Autre coup dur: la sonde Mars Polar Lander devient silencieuse alors qu'elle touche le sol martien. Cette seconde ratée force la NASA à revoir complètement son programme martien.

En 2001, les Américains lancent la sonde Mars Odyssey. Sa mission: déterminer la composition de la surface martienne, détecter de l'eau et de la glace et évaluer le niveau de radiation. L'orbiteur transporte un spectromètre gamma, un spectromètre à infrarouge et un détecteur de radiations.

En juin 2003, l'Agence spatiale européenne (ASE) lance la sonde Mars Express avec, à son bord, le robot Beagle-2. De son côté, la NASA procède au lancement des sondes Spirit et Opportunity, de sa mission Mars Exploration Rovers.

En décembre 2003, les responsables du programme spatial nippon ne réussissent pas à mettre en orbite martienne la sonde Nozomi. Les circuits électroniques de l'appareil avaient été fortement endommagés par le vent solaire.

Mars Express arrive à destination le 25 décembre. Elle est placée en orbite avec succès. Cependant, les Européens connaissent un important revers: la perte de l'atterrisseur Beagle-2. Largué par la sonde, l'engin devait recueillir des échantillons de sable pour déterminer si des formes de vie ont existé.

Il devait aussi creuser le sol pour prendre des échantillons et les analyser sur place dans un petit laboratoire. Les ingénieurs ne réussiront jamais à entrer en contact avec l'appareil.

En 2004, la mission américaine Mars Exploration Rovers débarque sur Mars. La sonde Spirit se pose d'abord dans le cratère Gusev, le 3 janvier 2004. Elle transmet rapidement les images les plus précises jamais réalisées d'une autre planète.

Sa jumelle, Opportunity, atterrit le 24 janvier suivant dans la Meridiani Planum, une zone d'accumulation d'oxyde de fer.

À la fin janvier, l'Européenne Mars Express détecte pour la première fois de l'eau sous forme de glace au pôle Sud de la planète.

En mars, Opportunity découvre sur la planète rouge des roches sédimentaires jadis imbibées d'eau.

La NASA souligne alors que des régions entières de Mars ont déjà été recouvertes d'eau, ce qui aurait permis l'éclosion de la vie. Toutefois, aucune preuve directe de l'existence d'organismes vivants n'a toutefois été découverte.

Quelques jours plus tard, la NASA annonce la découverte par Spirit de traces de dépôts de minéraux dus à la présence d'eau dans les fissures et les crevasses de la roche volcanique « Humphrey ».

En avril, les robots américains complètent officiellement leur mission sur Mars. Les ingénieurs de la NASA estiment que tous les objectifs fixés sont atteints, et décident de la prolonger.

En décembre 2007, Spirit fait l'une des observations les plus significatives de la mission. Une zone du sol dérangée par le robot lors de son déplacement montre des dépôts de silice qui auraient probablement été produits lorsque de l'eau de source chaude ou de la vapeur est entrée en contact avec la roche volcanique.

En 2005, la NASA lance l'orbiteur Mars Reconnaissance. Elle arrive à destination et entre en orbite martienne en mars 2006. Elle cartographie la planète de façon détaillée. Ses six instruments, d'une puissance sans précédent, scrutent la couche supérieure de l'atmosphère jusqu'à 500 mètres sous la surface.

L'objectif de la mission est également de rechercher des sites adaptés aux atterrissages des modules de « Phoenix Mars » et du laboratoire « Mars Science », de la mission Scout, qui doivent être envoyés vers Mars à partir de 2007.

En mars, du formaldéhyde, un composé organique volatil, a été trouvé en grande quantité dans l'atmosphère de la planète par les instruments de Mars Express. Des chercheurs de l'Agence spatiale européenne estiment que cette découverte pourrait signifier la présence d'une importante activité géologique sur la planète rouge

En août 2007, la NASA lance la sonde stationnaire Phoenix, dont le but premier est de creuser le sol arctique de Mars pour trouver des traces d'eau et de possibles signes de vie passée ou présente.

En avril 2008, Mars Reconnaissance repère d'importantes quantités d'eau glacée sous la surface des mi-latitudes de l'hémisphère nord. La glace a été détectée dans différentes structures géologiques épaisses de plusieurs centaines de mètres.

En juillet 2010, des images captées par la sonde Mars Express montrent un cratère situé exactement sur l'équateur martien qui témoigne de la présence passée d'eau liquide sur la planète.

En août 2012, Curiosity débarque sur la planète. La sonde robotisée de 900 kg, de la taille d'une petite voiture, et dotée de 10 instruments de mesure et d'observation. Elle est la plus sophistiquée à ce jour à rechercher des preuves que l'environnement de Mars fut un jour propice au développement de la vie.

Viking 1 est la première sonde à transmettre des images du paysage martien.

Viking 1 est la première sonde à transmettre des images du paysage martien.

Photo : NASA

La sonde a déjà renvoyé des images fortes intéressantes. Comme celle-ci qui montre un fond rocheux qui laisse à penser qu'une rivière au courant élevé, probablement profonde d'environ un mètre, a déjà coulé sur Mars.

Les premières analyses de Curiosity des échantillons du sol martien, publiées en octobre 2012, montrent une grande ressemblance avec celui des îles hawaïennes. En fait, la minéralogie de cette région de Mars surnommée Rocknest est similaire à celle des sols basaltiques d'origine volcanique d'Hawaï.

Société