ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vénus, la jumelle si différente

La planète Vénus

La planète Vénus

Photo : NASA

Radio-Canada

Vénus est la deuxième planète du système solaire. Elle est distante du Soleil de 107 à 109 millions de kilomètres, selon sa position.

Elle a les journées les plus longues du système solaire. Un jour vénusien dure 243 jours terrestres. Il est plus long que son année qui dure pour sa part 224,7 jours.

Vénus est l'objet le plus brillant dans le ciel après le Soleil et la Lune. En effet, son épaisse atmosphère réfléchit la lumière du Soleil.

Elle est aussi appelée étoile du berger.

Vénus tourne autour du Soleil sur une orbite presque circulaire (la moins elliptique du système solaire).

La pression à la surface de Vénus est 90 fois plus forte que sur Terre.

Son sens de rotation est rétrograde, à l'inverse de celui de toutes les autres planètes. Une collision dans les premiers stades de son développement pourrait en être la cause.

Son atmosphère est dense. Elle est composée à 96,5 % de gaz carbonique et à 3,5 % d'azote.

Ses épais nuages sont riches en acide sulfurique et masquent sa surface.

Vénus est considérée comme la planète la plus chaude du système, sa température est constante à environ 460°C.

Vénus est à peu près de la même taille et de la même masse que la Terre.

Le saviez-vous?

Au moment de leur formation, Vénus et la Terre étaient des planètes similaires; elles ont évolué différemment parce qu'elles sont situées à des distances différentes du Soleil.

Environ 60 % de la surface de Vénus est faite de plaines, 20 %, de montagnes. Il y a également des collines, des canyons et des cratères issus en majorité du volcanisme originel, d'autres dus à des impacts.

Exploration vénusienne

Plus d'une trentaine de missions ont été lancées vers Vénus.

En 1961, Vénéra-1, la première sonde planétaire, est le premier vaisseau spatial à visiter Vénus. Malheureusement, le contact avec cette sonde soviétique est perdu lorsqu'elle se trouve à 100 000 km de Vénus.

En 1964, la sonde soviétique Zond 1 passe à 100 000 km de Vénus, mais ne transmet aucune donnée.

En 1965, Vénéra-3 réussit la première entrée dans l'atmosphère de la planète, mais, encore une fois, aucune information n'est transmise.

Il faut attendre en 1967 pour qu'une sonde, Vénéra-4, pénètre dans l'atmosphère de Vénus et envoie des informations jusqu'à environ 25 km de sa surface.

Toujours en 1967, la sonde américaine Mariner 5 effectue un vol rapproché jusqu'à 4000 km de la surface.

En 1970, la sonde Vénéra-7 réussit un premier atterrissage.

Deux ans plus tard, Vénéra-8 envoie des informations sur la surface de la planète et sa composition atmosphérique.

Les premières images de la surface de Vénus parviennent en 1975 grâce à la sonde Vénéra-9.

Plusieurs sondes seront par la suite envoyées, dont les américaines Pionner-Vénus 1 et 2, et transmettront des informations sur son atmosphère.

Puis, en 1982, la sonde Vénéra 13 envoie les premières photos couleur de la surface et les premières analyses de son site d'atterrissage.

Entre 1989 et 1994, la sonde américaine Magellan permet de cartographier 98 % de la surface de Vénus. Cette sonde observe le sol de Vénus par radar. En effet, les nuages empêchent de voir le sol. Les images sont reconstituées à partir des données radar.

En 2005, la sonde Venus Express (VE) est lancée par l'Agence spatiale européenne.

En orbite depuis avril 2006, sa mission qui devait se terminer en 2008 a été prolongée à quelques reprises.

Les données recueillies confirment que Vénus fut un jour très semblable à la Terre.

La planète aurait déjà été couverte d'océans. Toutefois, sa proximité du Soleil aurait créé un puissant effet de serre causé par la chaleur ambiante.

Ainsi, l'eau qui était présente sur Vénus s'est lentement évaporée. Il y en aurait encore des traces dans son atmosphère, et le processus d'évaporation serait toujours perceptible dans l'atmosphère.

L'utilisation d'instruments embarqués sur la sonde a permis de dresser une carte en trois dimensions de cette atmosphère.

La sonde a mesuré une différence de 30 à 40 °C entre les températures diurnes et nocturnes dans les nuages que par le rayonnement solaire ne peut expliquer seul. De puissants courants descendants pourraient réchauffer l'air par compression.

Comparaison de la Terre et de Vénus

Vénus est la plus proche voisine de la Terre considérée longtemps comme sa jumelle.

Certaines observations de la sonde européenne relancent le débat sur la présence d'activités volcaniques à sa surface.

VE a mis en évidence des variations de concentration en dioxyde de soufre dans l'atmosphère de la planète.

Certain scientifiques pensent que cette présence de gaz est liée à une activité volcanique récente alors que d'autres estiment qu'il s'agit simplement de phénomènes encore inconnus qui affectent les couches supérieures de son atmosphère.

Société