•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obésité : une surtaxe sur la malbouffe?

Obésité abdominale
Radio-Canada

Les médecins ontariens réclament une surtaxe sur les aliments riches en gras et en sucre. L'Association médicale de l'Ontario (AMO) cite l'exemple des taxes sur les cigarettes, qui ont contribué à réduire le tabagisme.

L'AMO admet ne pas avoir soumis au préalable sa proposition controversée à la province et à l'industrie.

La Ville de New York, aux États-Unis, a déjà banni la vente de boissons gazeuses en gros format dans les restaurants. Comme à New York, les médecins ontariens voudraient que les restaurateurs soient tenus d'afficher sur leur menu la teneur en calories et en sel de leurs plats.

L'AMO doit par ailleurs lancer sa propre campagne de publicité contre la malbouffe.

Mesures recommandées par l'AMO :

  • Augmenter les taxes sur les aliments ou breuvages à haute teneur en sucre et en gras et diminuer les taxes sur les aliments sains.
  • Obliger les manufacturiers d'aliments à faible valeur nutritionnelle à apposer sur les emballages de leurs produits des avertissements expliquant leurs effets néfastes sur la santé.
  • Mettre en place des restrictions sur les publicités ciblant les enfants qui vantent les aliments et breuvages non nutritifs
  • Restreindre l'accès à la malbouffe dans les centres récréatifs et les autres établissements fréquentés principalement par les jeunes
  • Forcer les restaurateurs à afficher des informations nutritionnelles sur leurs menus
Le président de l'Association médicale de l'Ontario, Doug WeirAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président de l'Association médicale de l'Ontario, Doug Weir

Photo : Ève Caron

Une épidémie

L'Association médicale de l'Ontario affirme que l'obésité est une épidémie dans la province. Près des deux tiers des Ontariens adultes ont un surplus de poids ou sont obèses.

De leur côté, 31,5 % des jeunes Ontariens ont un surplus de poids ou souffrent d'obésité. Ce pourcentage était de 18 % dans les années 1980. De plus, selon l'AMO, une forte proportion d'enfants obèses risquent de souffrir plus tard dans leur vie de problèmes importants liés au diabète ainsi qu'aux maladies du foie, des reins et du coeur.

L'Association médicale fera suivre ses recommandations au comité provincial de lutte contre l'obésité. Lors de la dernière campagne électorale en Ontario, les libéraux s'étaient fixés pour objectif de réduire l'obésité chez les jeunes de 20 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alimentation et cuisine

Société