•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La dette grecque est pire que prévu

Des manifestants devant le parlement grec
Des manifestants devant le parlement grec Photo: AFP / Louisa Gouliamaki
Radio-Canada

Le bilan financier de la Grèce pour 2011 est plus sombre que prévu en raison de l'ampleur de la récession qui frappe le pays, a annoncé lundi l'agence de statistiques du pays.

Le déficit et la dette ont été révisés en hausse, respectivement à 9,4 % et 170,6 % du PIB. En avril dernier, le déficit pour 2011 était chiffré à 9,1 %, alors que la dette atteignait 165 % du PIB.

La Grèce doit ramener ce fardeau à 120 % du PIB d'ici 2020 en vertu d'un accord signé avec ses bailleurs de fonds.

Depuis juillet, le gouvernement grec négocie avec le FMI et la Banque centrale européenne un nouveau prêt de 31 milliards d'euros (41 milliards de dollars canadiens). En contrepartie, la Grèce doit aller de l'avant avec des mesures d'austérité de 15 milliards de dollars.

Mercredi dernier, la Grèce et ses bailleurs de fonds internationaux se sont mis d'accord sur l'essentiel des mesures d'austérité et des réformes à mettre en oeuvre par Athènes pour obtenir de nouveaux fonds et éviter la faillite. Le parlement grec a promis de mettre les bouchées doubles pour en arriver à un accord définitif.

Athènes sera à court de liquidités en novembre.

La Grèce traverse sa cinquième année de récession et prévoit une sixième année de recul de son PIB en 2013.

Déficit et dette en zone euro

Le déficit budgétaire moyen des 17 pays membres de la zone euro a fortement diminué en 2011, à 4,1 % du produit intérieur brut (PIB) contre 6,2 % en 2010. Toutefois, le montant de la dette publique a augmenté pour atteindre 87,3 % du PIB en 2011 contre 85,4 % en 2010, selon les chiffres publiés lundi par le bureau des statistiques de l'Union européenne (Eurostat).

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Économie