•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Côte-Nord : manifestation à Fermont

Fermont
Fermont
Radio-Canada

Près de 200 travailleurs d'ArcelorMittal et des membres de leurs familles ont manifesté jeudi matin à Fermont.

Baptisée « Des gens heureux ça travaille mieux », la manifestation n'a pas perturbé la production puisque la plupart des participants étaient des travailleurs en congé.

Les manifestants demandaient que la nouvelle convention collective soit respectée, et ce, dans un esprit de collaboration avec les représentants syndicaux.

Les travailleurs affiliés au Syndicat des métallos se disent insatisfaits de l'application de la nouvelle convention collective.

Les syndiqués d'ArcelorMittal viennent tout juste de signer une nouvelle entente en mars 2012 pour les sept prochaines années. Selon le représentant du Syndicat des métallos à Fermont, Nicolas Lapierre, l'esprit de l'entente et des discussions à la table des négociations n'est pas respecté. « On sent depuis un an un changement de garde, on sent un changement de philosophie dans la direction de cette entreprise », commente M. Lapierre.

Les travailleurs dénoncent aussi l'attitude de la direction envers les dirigeants syndicaux. « Depuis 50 ans, explique Nicolas Lapierre, le Syndicat des métallos est là et le syndicat a toujours été un partenaire, même dans les moments les plus difficiles. Maintenant que tout va bien, que le prix du fer est bon, que la production est bonne, on n'est plus des partenaires. On nous entend, mais on ne nous écoute pas. »

Les représentants syndicaux souhaitent rappeler à ArcellorMittal, qui entend faire grimper sa production à 24 millions de tonnes au cours des prochains mois, que cet objectif ne pourra pas être atteint sans la collaboration des travailleurs. « Il faut que ça se fasse avec les employés, martèle M. Lapierre, il faut que tout le monde mette l'épaule à la roue. Ce qu'on dit, c'est que lorsque les gens ne sont pas heureux dans un milieu de travail, ils ne sont pas productifs. Pour faire 24 millions, vous avez besoin de vos salariés, c'est votre matière première. »

Le président du syndicat, Yves-Aimé Boulay, qui représente les 1200 travailleurs d'ArcelorMittal, appelle lui aussi l'entreprise à collaborer davantage : « On veut faire partie de la solution, on veut donner nos idées, nos bras, le travail pour arriver à cet objectif-là. »

Est du Québec

Économie