•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des manifestants réclament le congédiement de Matricule 728

Les manifestants se sont retrouvés devant le quartier général du Service de police de la Ville de Montréal, sur la rue Saint-Urbain, qui était gardé par de nombreux policiers

Radio-Canada

Une manifestation s'est tenue vendredi soir au centre-ville de Montréal, pour demander le congédiement de la policière du SPVM Stéfanie Trudeau, le matricule 728.

Les participants se sont rassemblés au parc Émilie-Gamelin vers 21 h 30. La manifestation a rapidement été déclarée illégale par les forces de l'ordre. Peu avant 23 heures, la plupart des participants s'étaient dispersés.

Une centaine de personnes étaient présentes. Ils étaient encadrés par un certain nombre de policiers, dont plusieurs à vélo.

Pour les manifestants, congédier la policière serait la conséquence logique de ses comportements. « Quelqu'un qui ferait ça, vous ou moi, je pense qu'il y aurait des conséquences pas mal plus qu'une suspension », a dit l'une d'entre eux. Certains participants allaient même jusqu'à réclamer son emprisonnement.

La policière a été suspendue de ses fonctions et désarmée le temps d'une enquête interne relativement à un incident survenu le 2 octobre dernier.

Par ailleurs, cette affaire a une grande résonnance sur les réseaux sociaux, où la policière a été sévèrement critiquée, parfois défendue ou tournée en dérision.

Un groupe Facebook demande « l'exécution » de Mme Trudeau et l'adresse de la policière a aussi été mise en ligne. Le SPVM a ouvert une enquête et déployé des policiers autour du domicile de la policière.

Société