•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ancien entrepreneur François Veillette intente une poursuite contre la CCQ

François Veillette

François Veillette

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ancien entrepreneur en construction, François Veillette, ex-actionnaire de Construction Mont Sainte-Adèle, intente une poursuite de près de 3 millions de dollars contre la Commission de la construction du Québec.

François Veillette allègue que des interventions de la CCQ ont nui à sa réputation et ont mené à l'effondrement de son entreprise. Il qualifie ces interventions d'abusives et de musclées.

Le 21 décembre dernier, des inspecteurs de la CCQ, accompagnés de policiers, ont visité un chantier de l'entreprise à Trois-Rivères pour procéder à un contrôle des cartes de compétence des employés. Il s'agissait d'une troisième fois en moins d'une semaine.

Irrité par ce nouveau contrôle, François Veillette a lancé une bouteille en direction d'un inspecteur de la CCQ. Il a alors été arrêté ainsi que deux autres personnes.

Plus tôt en avril, Construction Mont Sainte-Adèle a mis fin à un projet à Sherbrooke après avoir reçu de nombreuses visites d'inspecteurs, escortés par des policiers. François Veillette allègue que la CCQ a été condamnée à lui verser 60 000 dollars pour harcèlement en 2008 et a cherché à se venger.

Depuis, François Veillette s'est retiré du domaine de la construction. Il reconnaît que certaines infractions ont été identifiées sur ses chantiers, mais selon lui, rien ne justifiait de telles interventions de la CCQ.

La Commission de la construction du Québec a refusé de commenter la poursuite. La CCQ a toujours réfuté les allégations de François Veillette en affirmant qu'elle avait des raisons de croire qu'il y avait des irrégularités sur les chantiers visités.

Au début de l'année, une injonction interlocutoire provisoire avait été imposée par la Cour supérieure, qui ordonnait à l'entreprise de construction de laisser l'organisme public faire son travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !