Vous naviguez sur le site de Radio-Canada

Aide à la navigation
Début du contenu principal
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un séisme de magnitude 4,5 secoue la région de Montréal

Saint-Marc-sur-Richelieu
Melanie Julien
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un tremblement de terre de magnitude 4,5, dont l'épicentre a été localisé à Saint-Marc-sur-Richelieu, dans la grande région de Montréal, s'est produit dans la nuit de mardi à mercredi.

La secousse, confirmée par Ressources naturelles Canada, a eu lieu à 00 h 19 et a duré environ une dizaine de secondes.

L'onde de choc a été ressentie à plus d'une centaine de kilomètres de son épicentre, selon le sismologue de Ressources naturelles Canada, Maurice Lamontagne. Des témoins ont rapporté avoir ressenti le séisme jusqu'à Ottawa.

Le sismologue Maurice Lamontagne
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le sismologue, Maurice Lamontagne

Ce tremblement de terre de faible intensité n'a causé aucun dommage visible aux bâtiments ni aux infrastructures.

« La secousse était beaucoup trop faible pour causer des dommages. Tout au plus des petits bibelots en haut d'une étagère chambranlante... », explique Maurice Lamontagne.



Les services d'urgence débordés d'appels

Cette secousse sismique survenue en pleine nuit a causé beaucoup d'inquiétude dans la population, qui s'est tournée vers les services d'urgence pour obtenir des explications.

Les agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et de la police de Longueuil ont reçu de nombreux appels de personnes inquiètes. La centrale 911 de Montréal a reçu à elle seule plus 4000 appels tandis qu'à Laval, les proposés au 911 en ont reçu plus de 1000 en vingt minutes.

« Plusieurs appels ont été faits au 911. Les gens se demandaient ce qu'il se passait exactement. Les préposés aux communications ont travaillé une bonne partie de la nuit pour rassurer la population et traiter le flot d'appels que cela a généré. »

— Une citation de  Simon Delorme, porte-parole du SPVM

Selon l'Institut de géophysique américain (USGS), la magnitude du séisme aurait plutôt été de 3,9 avec un épicentre situé à 9 kilomètres au nord de Beloeil. Cette différence dans la mesure d'intensité provient du fait que le Canada et les États-Unis utilisent des méthodes différentes pour calculer l'intensité des séismes, explique Maurice Lamontagne. Ce qui donne une variation d'environ 0,6 entre les mesures d'intensité canadiennes et américaines, précise le sismologue.

L'Ouest du Québec, une zone propice aux tremblements de terre

Des tremblements de terre se produisent régulièrement dans l'Ouest du Québec. Cette région est située sur la plaque tectonique nord-américaine, qui se déplace très lentement (environ 5 à 10 cm par an) vers l'ouest. Ce mouvement n'est pas un processus sans heurt. La pression s'accumule et finit par surpasser la force des roches de la croûte terrestre. La roche peut alors se casser ou une faille peut se créer. C'est cette rupture qui est la source du tremblement de terre. Dans la région sismique de l'Ouest du Québec, la croûte terrestre est légèrement plus faible que dans les régions avoisinantes. Lorsque la pression s'accumule, elle tend à causer des fractures à cet endroit plutôt qu'ailleurs.

Source : Ressources naturelles Canada

Les réseaux sociaux pris d'assaut

Sur le réseau social Twitter (Nouvelle fenêtre), des milliers d'utilisateurs ont commenté le tremblement de terre dans les minutes qui ont suivi la secousse. Parmi eux se trouvait la présidente du comité exécutif de la Coalition avenir Québec (CAQ), Dominique Anglade.

« Je suis sur l'île de Montréal et cela a sérieusement tremblé... Inutile de dire que pour moi, très mauvais souvenir... », a écrit la candidate défaite aux dernières élections provinciales, faisant référence au séisme de magnitude 7 qui a détruit une partie de son pays d'origine, Haïti.

Un mot-clé Twitter #tremblementdeterre a rapidement été envahi de commentaires d'internautes. Sur le site web de Ressources naturelles Canada, les citoyens pouvaient également remplir un questionnaire (Nouvelle fenêtre) pour indiquer s'ils avaient ressenti le séisme.

La dernière secousse de magnitude comparable ressentie à Montréal remonte au 23 juin 2010. Elle avait touché l'ouest du Québec, l'est de l'Ontario et le nord-est des États-Unis, mais n'avait fait que de légers dommages près de l'épicentre du séisme.

L'un des derniers tremblements de terre d'importance au Québec a eu lieu au Saguenay-Lac-Saint-Jean le 25 novembre 1988. Il avait été de magnitude 5,8.

Chaque année, on détecte quelque 4000 tremblements de terre au Canada. De ce nombre, une cinquantaine sont perçus par la population.



Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !