•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Albertain dénonce la thérapie censée changer l'orientation sexuelle de mineurs

Des Californiens heureux de la promulgation de la loi contre la thérapie dite de conversion ou de réparation

Des Californiens heureux de la promulgation de la loi contre la thérapie dite de conversion ou de réparation

Photo : Jeff Chiu

Radio-Canada

Un résident d'Edmonton sort de l'ombre pour dénoncer ceux qui prônent un traitement censé réparer l'orientation sexuelle des gais.

L'homme que l'on nomme par un prénom d'emprunt, Kevin, explique avoir été encouragé par la décision de l'État de la Californie qui a banni ce genre de psychothérapie pour les moins de 18 ans.

Kevin assure qu'il préfère ne pas s'identifier pour que son histoire n'ait pas d'incidence sur ses enfants. Il explique avoir tenté de changer son orientation sexuelle en s'inscrivant à un programme offert par un groupe appelé Living Waters. Il ajoute qu'il a réalisé que la thérapie ne menait nulle part et y a renoncé.

Depuis, Kevin s'est marié et vit avec un partenaire de même sexe.

Le Dr Kristopher Wells, de l'Institut d'études sur les minorités sexuelles à l'Université de l'Alberta, affirme lui aussi que la thérapie pour changer d'orientation sexuelle ne fonctionne pas.

Il demande au gouvernement provincial de dénoncer cette pratique qu'il juge illégitime, inappropriée et dangereuse.

En Californie, le gouverneur Jerry Brown a récemment signé la loi qui interdit la psychothérapie dite de conversion ou de réparation pour les adolescents.

À compter du 1er janvier prochain, personne n'aura le droit de la proposer à des jeunes de moins de 18 ans. C'est une première aux États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société