ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aller au menu principalAller au contenu principalAller au pied de page
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Caisse de dépôt réduit sa participation dans Québecor Média

Quebecor
Radio-Canada

Douze ans après avoir permis à Québecor d'acheter Vidéotron et le Groupe TVA, la Caisse de dépôt et placement du Québec réduit sa participation dans Québecor Média, de 45,3 % à 24,6 %.

Québecor Média rachètera au comptant une partie de ses actions, quelque 20 millions, et la Caisse cédera un peu plus de 10 millions d'actions à Québecor en échange de débentures convertibles en action de Québecor. Ces transactions sont évaluées respectivement à 1 milliard de dollars et 500 millions de dollars.

Tout en disant être « convaincu du potentiel de Québecor Média à créer de la valeur », le président et chef de la direction de la Caisse, Michael Sabia, précise que les « conditions favorables étaient réunies pour rééquilibrer » le portefeuille de la Caisse, qui était surpondéré dans le secteur des médias et des télécommunications.

Selon Denis Durand, associé principal à la société de conseillers en placements Jarislowsky Fraser Limitée, une participation trop importante de la Caisse dans Québecor Média explique son désir d'en vendre près de la moitié.

« C'est de réduire ton risque. Trois milliards dans une seule entreprise, c'est très dangereux », commente-t-il.

Pour le bloc d'actions cédé mercredi, l'institution ne récupérera pas complètement sa mise, puisque celui-ci lui avait coûté environ 1,6 milliard en 2000. En tenant compte des dividendes versés par Québécor Média à la Caisse au fil des ans (324 millions de dollars depuis 2003), l'investissement aura au total été à peu près nul.

En entrevue à Radio-Canada mercredi, Michel Nadeau, un haut dirigeant de la Caisse, qui avait conclu la transaction entre l'institution et Québecor en 2000, s'est justifié en disant que c'est plutôt la contribution à l'essor économique du Québec, notamment la création de 12 000 emplois qu'il faut retenir dans cette affaire.

Rappelons qu'après une saga, la famille Chagnon a accepté il y a 12 ans de vendre Vidéotron et ses filiales à Québecor et à la Caisse de dépôt, qui a investi 3,2 milliards de dollars dans l'aventure. Plus de 10 ans plus tard, la participation de 45,3 % de la Caisse dans Québecor Média a été évaluée à 2,75 milliards de dollars.

Les intentions de Québecor

De son côté, le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, a répondu mercredi matin en conférence de presse aux analystes financiers qui se demandaient pourquoi le prix de vente consenti par l'entreprise était favorable à la Caisse et pourquoi la direction n'avait pas plutôt opté pour un rachat d'actions de Québecor plutôt que de Québecor Média.

Selon M. Péladeau, la Caisse détenait son investissement dans Québecor Média depuis plus longtemps que ce qu'elle prévoit généralement pour un placement privé.

M. Péladeau a également fait valoir que son entreprise comptait profiter des conditions avantageuses sur les marchés d'emprunt pour augmenter sa participation dans Québecor Média (TSX:QBR.B (Nouvelle fenêtre)), qui passe de 54,7 % à 75,4 %.

Le chef de la direction financière, Jean-François Pruneau, a par ailleurs noté que la transaction allait permettre à Québecor d'avoir accès à une plus grande partie des flux de trésorerie générés par Québecor Média.

Québecor Média en bref

Créée à la suite de l'achat de Vidéotron et du Groupe TVA, Québecor Média emploie 12 000 personnes au Québec et regroupe notamment la Corporation Sun Media, qui édite plusieurs quotidiens au pays comme le Journal de Montréal et l'Ottawa Sun, TVA Publications et le Groupe Archambault.

Économie