•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De la parole aux actes

Enfant jaloux et triste
Enfant jaloux et triste


Un projet-pilote en cours d'implantation dans la MRC de la Vallée-de-l'Or vise à éviter le placement d'enfants de zéro à cinq ans en famille d'accueil.

Le projet Ma famille, ma communauté a aussi pour objectif de réduire la négligence envers les jeunes enfants. Pour ce faire, il cherche à mobiliser et à sensibiliser un maximum d'acteurs concernés par le bien-être des enfants.

Pour le coordonnateur régional du projet, Steve Audet, il est grand temps de passer de la parole aux actes. « Depuis les dernières années, on parle énormément de concertation, de mobilisation, mais là, on va se donner des stratégies, se donner un plan de match et faire en sorte qu'on puisse réduire la négligence et les problématiques qui se vivent dans les différents quartiers », dit-il.

Le projet Ma famille, ma communauté prévoit ensuite recruter et former des familles d'accueil.

Plusieurs organismes de la MRC de la Vallée-de-l'Or ont déjà répondu à l'appel, dont le Centre de santé et de services sociaux, le Centre d'amitié autochtone et certains centres de la petite enfance.

Le conseiller à la direction pour les ressources d'hébergement du Centre Jeunesse de l'Abitibi-Témiscamingue, Camille Saint-Hilaire, salue cette initiative : « À partir du moment où un parent est en difficulté, on veut être en amont avec la famille pour regarder toutes les solutions, pour éviter justement qu'ils embarquent dans un engrenage. »

La Fédération des familles d'accueil du Québec voit aussi d'un très bon oeil le projet-pilote. « Je pense que c'est une piste de solution qui peut être gagnante pour les enfants », dit la vice-présidente, Lucille Rouillard.

Le projet Ma famille, ma communauté est présentement à l'essai dans quatre communautés du Québec. Des initiatives similaires ont apparemment porté des fruits aux États-Unis depuis les 15 dernières années.

Jeunesse

Réflexion