•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'immersion française en difficulté dans la région de Peel

Une classe en Ontario

Une classe en Ontario

Radio-Canada

Certains parents dans la région de Peel pourraient ne plus être en mesure d'envoyer leurs enfants dans des programmes d'immersion française. Le conseil scolaire public anglais de Peel considère une réduction de ce programme, limiter le nombre d'élèves et de choisir ceux-ci au hasard.

Le conseil tiendra un vote mardi prochain à ce sujet.

« C'est très décevant », déclare Sapna Butany-Goyal, qui comptait envoyer ses deux garçons au programme d'immersion française.

Popularité grandissante, manque d'enseignants

Le conseil scolaire indique qu'une demande croissante pour l'immersion française jumelée à un manque d'enseignants qualifiés le force à réduire ses places disponibles. Le conseil songe aussi à réduire le nombre d'heures d'enseignement en français.

« Nous trouvons très difficile d'attirer et garder les enseignants dont nous avons besoin », explique la surintendante du conseil de Peel, Shirley Ann Teal.

Toutefois, selon l'Ordre des enseignants de l'Ontario, près du quart des enseignants francophones qualifiés sont sans emploi. Le groupe Canadian Parents for French demande au conseil de trouver de nouvelles façons pour combler les demandes.

« Si le programme obtient autant de succès, il faut continuer de l'améliorer », souligne la porte-parole du groupe, Betty Gormley.

En 2001, moins de 10 % des élèves de première année dans la région de Peel était dans le programme d'immersion française. Cette année, le nombre est de 25 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Éducation

Société