•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Métis plaident pour une reconnaissance distincte devant un comité sénatorial à Winnipeg

Le président de la Fédération des Métis du Manitoba (MMF), David Chartrand (arrière-plan), à une audience publique du comité sénatorial permanent des peuples autochtones à Winnipeg, le lundi 24 septembre 2012.
Le président de la Fédération des Métis du Manitoba (MMF), David Chartrand (arrière-plan), entend faire valoir l'importance d'une reconnaissance juridique et politique distincte pour les Métis.
Radio-Canada

La Fédération des Métis du Manitoba a fait valoir devant un comité sénatorial à Winnipeg l'importance de leur reconnaissance politique et juridique, afin de savoir si les fonds publics aident vraiment à l'amélioration de leur situation.

Le comité permanent des peuples autochtones s'est arrêté lundi dans la capitale manitobaine, le premier arrêt d'une série d'audiences publiques sur l'identité métisse au pays.

Le président du comité, le sénateur d'origine manitobaine Gérald « Gerry » St-Germain, a expliqué que son comité mène une étude rendue nécessaire par le temps passé depuis l'enchâssement des Métis dans la définition de « peuples autochtones » de la loi constitutionnelle de 1982.

La définition de « peuples autochtones du Canada » contenue dans la section 35 de la loi inclut aussi les Indiens et les Inuits.

Toutefois, dans l'imaginaire des Canadiens, les Métis profitent des mêmes droits et bénéfices que les autres Autochtones, alors que ce n'est pas le cas, avertit le président de la Fédération des Métis du Manitoba, David Chartrand.

M. Chartrand a affirmé lundi qu'il entend démontrer l'importance d'une « approche centrée sur une base distincte ».

« Les Métis devraient être vus comme un groupe distinct, afin que nous puissions mesurer leur éducation, leur situation de santé, leur situation économique. Ainsi, nous pourrons savoir si l'argent des contribuables est dépensé adéquatement », a-t-il fait valoir lundi.

Selon M. Chartrand, le fédéral et la province se lancent la balle quant à la responsabilité face aux Métis, tandis que cette population accuse le pire bilan de santé au Manitoba, quant aux taux de diabète et d'amputation.

Il ajoute en outre que la population métisse, dont il fait partie, est sous-évaluée. Il y aurait jusqu'à 100 000 Métis au Manitoba, selon lui, alors que selon le recensement 2006, ils seraient quelque 71 000.

Autochtones

Société