•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les syndicats furieux de la fermeture de Gentilly-2

Le reportage de Pierre Marceau
Radio-Canada

Les syndicats d'Hydro-Québec dénoncent la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2 à Bécancour. Le SCFP Québec et les représentants des syndicats des travailleurs d'Hydro-Québec avaient convoqué les médias à ce sujet vendredi matin.

Les représentants syndicaux se disent surpris que la première ministre Pauline Marois décide de mettre la clé sous la porte seulement 24 h après la formation du nouveau Conseil des ministres.

Les syndicats auraient d'abord souhaité la tenue d'une consultation publique; ils réclament maintenant une commission parlementaire dans le dossier du nucléaire au Québec.

En campagne électorale, Pauline Marois avait promis une consultation avec les syndicats et avec l'ensemble des acteurs économiques de la région avant d'arrêter sa décision. Pauline Marois avait aussi promis de travailler sur une base de consensus. Nous aurions aimé faire partie de ce consensus.

Lucie Levasseur, présidente

Les employés syndiqués affirment aussi qu'une fermeture de Gentilly-2 serait précipitée. Ils s'inquiètent notamment de la sécurité advenant l'arrêt des activités de la centrale.

Le nucléaire au Canada

Par ailleurs, les syndicats rappellent que la réfection de la centrale garantissait un investissement d'au moins 2 milliards de dollars dans la région. Ils doutent que le fonds de diversification de 200 millions de dollars proposé par le nouveau gouvernement soit suffisant.

Selon les syndicats, la centrale nucléaire Gentilly-2 serait la 5e au monde, avec un taux de rendement de plus de 80 %.

Au moins 800 personnes travaillent à Gentilly-2. Les syndicats affirment que tous les travailleurs pourraient perdre leur emploi d'ici 18 mois.

Pétition

Marie-Christine HuppéMarie-Christine Huppé

Une citoyenne de Trois-Rivières a lancé une pétition vendredi pour demander la réfection de la centrale.

Marie-Christine Huppé va placer la pétition dans plusieurs commerces de la région et mettra le document en ligne dès que les députés vont recommencer à siéger à l'Assemblée nationale.

Elle se dit ébranlée depuis l'annonce de l'arrêt des activités de Gentilly-2 et croit que les citoyens n'ont pas été entendus dans ce dossier.

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, a déjà signé la pétition.

Annonce de la fermeture

La confirmation de la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2 à Bécancour dans le Centre-du-Québec, annoncée jeudi par la première ministre Pauline Marois, suscite de nombreuses réactions en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Pauline MaroisPauline Marois

Mme Marois a dit vouloir que la fermeture « se fasse correctement ». Elle demande à la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, et à Hydro-Québec de produire un rapport sur les conséquences de la fermeture.

Elle a aussi rappelé qu'un fonds de diversification serait créé afin de compenser la perte d'activités économiques liée à la fermeture de la centrale.

Selon plusieurs intervenants et élus régionaux, l'impact d'une fermeture de la centrale sera énorme pour l'économie de Bécancour, de Nicolet et de Trois-Rivières.

Économie