•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ ferme définitivement la porte à l'industrie du gaz de schiste

Le reportage de Maxime Bertrand

Moins de 24 h après son assermentation, la nouvelle ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, a confirmé jeudi matin que le gouvernement de Pauline Marois imposerait un moratoire complet sur l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste au Québec.

Le programme du Parti québécois évoquait déjà ce moratoire, précisant que le cadre réglementaire serait revu et que cette industrie ne pourrait aller de l'avant que dans un cadre sécuritaire.

Jeudi matin, Martine Ouellet a été plus catégorique. Elle a rejeté toute possibilité d'ouvrir la porte à l'industrie du gaz de schiste. La ministre a déclaré qu'elle ne voyait pas le jour où la technologie permettrait une exploitation sécuritaire.

Notre position est très claire sur les gaz de schiste : un moratoire complet tant sur l'exploration que sur l'exploitation.

Martine Ouellet, ministre des Ressources naturelles

Consultez notre dossier sur les gaz de schiste.

Une bonne nouvelle, dit l'AQLPA

Ses propos sont applaudis par le président de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), André Bélisle. « C'est une déclaration claire, courageuse, ferme, solide et nous, on la salue, parce que c'est une image de la réalité. Elle a pris position suite à de nombreux voyages en Pennsylvanie où elle a vu l'horreur », a-t-il affirmé.

Un forage de gaz de schiste à Saint-Edouard-de-Lotbinière (archives)Un forage de gaz de schiste à Saint-Edouard-de-Lotbinière (archives) Photo : PC / Jacques Boissinot

Le mandat du comité créé par les libéraux pour effectuer une étude environnementale stratégique sur les gaz de schiste sera élargi et transféré au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Selon André Bélisle, il s'agit d'une bonne décision. « C'est ce qu'on demandait. Il faut un BAPE générique pour pouvoir répondre à la question : "Existe-t-il une alternative et quels sont nos besoins réels en matière de méthane, ou de gaz naturel si vous voulez." »

Nouveau ministre de l'Environnement

Par ailleurs, l'AQLPA se réjouit de la nomination de Daniel Breton au poste de ministre de l'Environnement. M. Breton est un environnementaliste connu pour son travail au sein de « Québec vert Kyoto » et « Maîtres chez nous 21e siècle ».

André Bélisle note que ce sera le 38e ministre de l'Environnement avec qui il aura à travailler et que pour la première fois, il s'agit d'un écologiste. « Si ça dérange, c'est une bonne affaire parce que ça fait trop longtemps qu'on dort, qu'on fait semblant avec l'environnement et qu'on joue toutes sortes de jeux sans vraiment faire le travail. »

Les dirigeants de Junex inquiets

Selon le chef de la direction de la compagnie d'exploration pétrolière et gazière Junex, le gouvernement part de prémisses qui sont fausses dans ce dossier.

« Une petite compagnie comme Junex, juste sur la propriété qu'on détient, on a pratiquement 3,7 Tcf [Trillion cubic feet (Terra pieds cube)] de gaz qui peut être récupéré. Ça représente 40 ans de production pour le Québec à l'heure actuelle. Je ne peux pas dire du jour au lendemain : “Je ferme ça et on appauvrit le monde au côté”. Pourquoi on aurait peur? On a bâti Hydro-Québec. On n'a pas eu peur de faire des barrages », affirme Jean-Yves Lavoie.

Ce dernier croit que le gouvernement devrait plutôt mener quelques projets de démonstration sur des terres publiques afin de démontrer hors de tout doute que c'est sécuritaire.

Économie