•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ouverture à Kigali du procès de Léon Mugesera

Le politicien rwandais Léon Mugesera

Le politicien rwandais Léon Mugesera

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le procès pour incitation au génocide de l'ex-homme politique rwandais Léon Mugesera s'est ouvert lundi, à Kigali, après plusieurs audiences de procédure.

Léon Mugesera et son avocat ont demandé le renvoi du procès à une date ultérieure pour plusieurs motifs. Une requête de l'accusé, notamment, est pendante devant la Cour suprême; celle-ci doit rendre sa décision le 28 septembre.

Par ailleurs, la défense ne dispose que d'un exemplaire numérisé du dossier canadien, qui compte 40 000 pages, et elle a réclamé une copie papier. Elle a aussi fait valoir que des pages manquaient dans le dossier rwandais et a demandé au Parquet de faire traduire, en anglais et en français, le dossier rwandais rédigé en kinyarwanda.

Le Parquet a de son côté exigé le rejet de la demande de M. Mugesera, soulignant notamment que la décision de la Cour suprême n'aurait pas d'incidence sur le procès. Il a aussi demandé au tribunal d'écarter la requête de traduction du dossier, soulignant que la Cour avait déjà rejeté une demande de l'accusé d'être jugé en français et qu'elle avait décidé que le procès se déroulerait en kinyarwanda.

La Cour a ajourné l'audience; elle rendra sa décision mardi matin, à la reprise des débats.

Depuis qu'il a été extradé du Canada, M. Mugesera a comparu à plusieurs reprises lors d'audiences de procédure au cours desquelles il a chaque fois demandé, pour divers motifs, de nouveaux délais pour être jugé.

Léon Mugesera vivait depuis 1993 au Canada avec sa femme et ses enfants. Le Rwanda le réclamait depuis 1995, mais il été expulsé du Canada vers le Rwanda en janvier dernier, à l'issue d'une saga judiciaire qui aura duré une quinzaine d'années.

Léon Mugesera est jugé pour un discours anti-tutsi prononcé en 1992 pendant un rassemblement du parti du président hutu de l'époque, Juvénal Habyarimana, dont il était membre.

Kigali considère ce discours comme un élément déclencheur du génocide de 1994, qui a fait selon l'ONU environ 800 000 morts, essentiellement au sein de la minorité tutsi. M. Mugesera est accusé d'y avoir qualifié les Tutsis de « cafards » et d'avoir encouragé les Hutus à les tuer.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !