•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anniversaire d'Occupy Wall Street : 135 arrestations

Un manifestant est amené par les policiers new-yorkais après son arrestation.

Un manifestant est amené par les policiers new-yorkais après son arrestation.

Photo : La Presse canadienne / John Minchillo

Radio-Canada

Les policiers de New York ont déclaré que 135 personnes ont été arrêtées lundi dans la métropole, lors d'une manifestation pour marquer le premier anniversaire (Nouvelle fenêtre) du mouvement de contestation sociale Occupy Wall Street.

Les agents de la police new-yorkaise sont intervenus rapidement lors d'un rassemblement organisé au parc Zuccotti, où le mouvement est né à la même date l'an dernier. Plusieurs centaines de personnes se sont déplacées pour prendre part à l'événement.

Appuyées par des policiers à cheval, les autorités new-yorkaises ont intimé l'ordre à la foule de se disperser lorsqu'elle a tenté de se mettre en marche vers l'immeuble de la Bourse de Wall Street. C'est à partir de ce moment que les agents ont commencé à procéder aux arrestations.

« Nous sommes là pour protester contre l'avidité de Wall Street », a expliqué à l'AFP Bill Dodds, un porte-parole des manifestants. Selon lui, une cinquantaine de personnes avaient déjà été arrêtées vendredi et samedi, un chiffre non confirmé par la police de New York.

Ceux qu'on surnomme les « indignés » avaient prévu encercler, lundi matin, l'édifice de la Bourse new-yorkaise, symbole de la puissance économique américaine.

Le mouvement Occupy Wall Street a pris naissance l'an dernier dans le centre économique de New York, où des centaines de manifestants dénonçaient la cupidité démesurée des grandes banques, la corruption qui mine le système économique américain et la concentration de la richesse entre les mains d'une minorité de gens.

La manifestation, qui s'est transformée en occupation de plusieurs semaines, s'est répandue dans de nombreuses grandes villes du monde, dont plusieurs au Canada.

Les mouvements d'occupation se sont toutefois essoufflés dans certains cas avec l'arrivée de l'hiver et dans d'autres sous la pression des autorités qui ont démantelé les campements de fortune installés dans les parcs et les espaces publics, ce qui fut le cas au parc Zuccotti, situé tout près de Wall Street.

Occupy Wall Street : les premiers jours en photos

Naissance du mouvement Occupy Wall Street

C'est le 17 septembre 2011 à Manhattan que le mouvement Occupy Wall Street (Nouvelle fenêtre) a vu le jour. Après avoir été délogés du parc Zuccoti, dans le coeur financier de la ville, des milliers de manifestants avaient perturbé l'accès au parquet de la Bourse, provoquant des affrontements qui s'étaient soldés par une quinzaine de blessés et 250 arrestations.

Protestant contre la corruption, les institutions financières ou encore le sauvetage des grandes banques et la domination des « 1 % » les plus riches, des centaines de personnes avaient campé durant des semaines dans des parcs de villes américaines et européennes.

Le démantèlement de ces camps de protestataires semble avoir affaibli le mouvement. Selon Mark Naison, professeur à l'Université Fordham à New York, le mouvement a plié sous son propre poids. Incapable de gérer sa croissance rapide, le mouvement n'a pas su désigner un leader rassembleur.

La cause n'a d'ailleurs pas été bien cernée. Les protestataires se sont mis à dénoncer des injustices allant des saisies immobilières en passant par les ventes d'alcool au Nebraska à l'immigration illégale en Alabama alors qu'au départ, ils n'en voulaient qu'aux financiers de Wall Street.

Les membres d'Occupy Wall Street affirment au contraire que leur mouvement est toujours vivant, et ils espèrent lui redonner de l'élan. Ils disent d'ailleurs avoir appris de leurs erreurs. Les organisateurs prévoient désormais des actions en petits groupes organisés pour perturber les activités de Wall Street. « La police aura plus de mal à nous attraper », prévient Dana Balicki, une porte-parole.

Le mouvement compte toujours des actifs totalisant 85 000 $, et des dons continuent de financer le mouvement.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Économie