•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dernier hommage à Allyre Sirois

Funérailles Allyre Sirois, cathédrale Holly Family à Saskatoon
Photo: Geneviève Garon/Radio-Canada
Radio-Canada

Les funérailles du juge à la retraite Allyre Sirois ont été célébrées jeudi matin à la Cathédrale Holy Family de Saskatoon. Près de 200 personnes ont rendu un dernier hommage à un des piliers de la communauté fransaskoise qui a consacré sa vie à sa famille et à la lutte pour les droits des francophones.

Né à Vonda en 1923, Allyre Sirois s'est engagé dans l'armée canadienne à l'âge de 19 ans. Il a notamment aidé les résistants français durant la Seconde Guerre mondiale.

Ses prouesses militaires lui ont valu des honneurs distingués de la part du Royaume-Uni et de la France.

« Pour lui, c'est quelque chose qu'il fallait absolument qu'il fasse. Il avait une loyauté envers son pays, envers sa langue, sa culture. Il a toujours tenu à cela », a expliqué sa fille, Valérie Sirois.

Mgr Donald Bolen, qui a présidé la cérémonie, a souligné la foi inébranlable d'Allyre Sirois, sa joie de vivre et son professionnalisme.

Les funérailles ont été particulièrement émouvantes pour le célébrant puisqu'Allyre Sirois était son parrain et un proche ami de sa famille à Gravelbourg.

Beaucoup d'émotion... c'est un grand privilège, surtout ça.

Mgr Donald Bolen
Allyre SiroisLe juge à la retraite Allyre Sirois est décédé le 8 septembre 2012 à Saskatoon.

Pilier de la fransaskoise

Allyre Sirois a été président de la Commission scolaire de Gravelbourg et de l'Association catholique franco-canadienne de la Saskatchewan, avant de démissionner en 1964, lorsqu'il a été nommé juge de la Cour du Banc de la Reine. Il n'a jamais cessé de se battre pour les droits des Fransaskois.

Je pense que M. Sirois est un exemple parfait d'un engagement et de fidélité à une cause (...)Tout en lui respirait cette volonté de voir le fait français rayonner dans la province

André Moquin

Dans le monde juridique, il a créé un précédent dans la province en devenant le premier juge francophone de la Cour du Banc de la Reine. Tout au long de sa carrière, il a lutté pour que les Fransaskois aient accès à la justice en français et il est devenu un modèle pour ses pairs.

« On a fait le premier procès de jurés totalement en français à Gravelbourg. Moi, j'étais jeune avocat, procureur de la Couronne, et puis Me Roger Lepage était procureur pour l'accusé. Et puis c'était le juge Sirois qui a présidé », s'est rappellé le juge de la cour provinciale Albert Lavoie.

« Il nous a donné le droit de parler en français, et il a utilisé les droits. Puis c'est ça qu'il a fait toute sa vie », a soutenu pour sa part le juge Guy Chicoine de la Cour du Banc de la Reine.

La communauté fransaskoise dit au revoir à un grand homme. Il laisse un souvenir impérissable.

Sa conviction envers la communauté c'est ça qui va nous manquer énormément. Son nom et sa mémoire seront toujours gravés dans nos coeurs, ça c'est sûr.

Ronald Sirois, neveu d'Allyre Sirois

Allyre Sirois s'est éteint samedi à Saskatoon, à la suite d'un accident vasculaire cérébral. Il laisse dans le deuil ses six enfants, de nombreux petits-enfants et amis.

Il sera enterré dans son village natal, à Vonda.

C'était une personne avec beaucoup d'humour, une personne qui aimait la vie, qui aimait beaucoup sa famille. Qui avait des principes (...) il va beaucoup nous manquer.

Valérie Sirois, fille du défunt

Saskatchewan

Société