•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accès à l'information : des documents introuvables qui inquiètent

Elizabeth Denham, Commissaire à l'information et à la vie privée de la C.-B.

Elizabeth Denham, commissaire à l'information et à la vie privée de la C.-B.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Association pour l'information et la protection de la vie privée de la Colombie-Britannique s'inquiète du nombre de demandes d'accès à l'information qui restent sans réponse parce que les documents réclamés manquent à l'appel.

Le groupe a déposé une plainte auprès de la commissaire à l'information et à la protection de la vie privée de la province.

L'Association, qui se bat pour assurer une meilleure transparence gouvernementale, note que la situation suggère que le gouvernement évite de documenter pour échapper à la loi ou encore ne remet pas l'information disponible.

Le groupe a compilé les données sur les réponses aux demandes d'accès à l'information qui se trouvent sur le site de la province.

Près de 25 % de ceux qui ont fait une demande d'accès en 2011-2012 se sont fait répondre qu'il n'existait aucun document qui permettait de répondre à leur requête.

En 2002-2003, moins de 0,5 % des demandeurs avaient reçu une telle réponse.

Le pourcentage d'insuccès augmente à 34 % quand ce sont des représentants des médias qui font la demande d'accès à l'information.

En 2002-2003, des documents avaient été produits pour toutes les demandes d'accès faites par les médias.

Le directeur général de l'Association, Vincent Gogolek, veut que le commissaire à l'information et à la protection de la vie privée enquête afin de déterminer pourquoi la province répond aussi souvent qu'il n'existe pas de documents pertinents.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !