•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Supercoquerelles à la rescousse

Le robot coquerelle

Photo : Alper Bozkurt

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un nouveau type de premiers répondants pourrait bien voir le jour d'ici quelques années grâce à des travaux réalisés à l'Université d'État de la Caroline du Nord. Le Dr Alper Bozkurt et ses collègues ont muni des coquerelles d'une puce électronique, ce qui leur permet de contrôler les mouvements des insectes.

La puce installée sur le dos des blattes est directement liée à son système nerveux à partir de ses antennes et de ses cerques. Cette percée pourrait éventuellement aider à la détection de victimes dans les décombres d'un désastre, affirment ses inventeurs.

Pour le moment, les ingénieurs affirment que les tests montrent que leur biorobot peut suivre une ligne courbe tracée sur le sol. (voir vidéo à la fin du texte). Ils veulent éventuellement attacher une minicaméra et quelques capteurs à l'insecte afin de lui permettre de recueillir des informations en zone de catastrophe.

Les créateurs expliquent que les coquerelles représentent l'une des meilleures interfaces biologiques puisqu'elles sont robustes et peuvent s'infiltrer un peu partout.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !