•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

VIH : les nouveaux cas d'infection restent stables, sauf au Manitoba et en Saskatchewan

Test salivaire OraQuick
Test salivaire OraQuick Photo: AFP / NICHOLAS KAMM

Le Manitoba et la Saskatchewan sont les seules provinces à avoir enregistré une progression des nouveaux cas d'infection au VIH dans les dix dernières années, selon le plus récent rapport d'un programme provincial de santé manitobain.

Tandis que le nombre général de nouveaux cas est resté stable au Canada depuis 2002, ces deux provinces continuent de connaître des hausses, peut-on lire dans la mise à jour 2011 de la Stratégie provinciale du Manitoba sur le SIDA.

La Stratégie provinciale du Manitoba sur le SIDA est un programme mené conjointement dans les locaux du Centre des sciences de la santé de Winnipeg et ceux de l'organisme Nine Circles. Le programme offre notamment de l'expertise aux professionnels de la santé confrontés à un patient qui a reçu un diagnostic positif d'infection au VIH.

En 2010, le taux de résultats positifs à un test de dépistage du VIH pour le Manitoba était de 12,3 par 100 000 personnes. La moyenne nationale était alors de 8,2 par 100 000 personnes.

En Saskatchewan, il atteignait plus du double de la moyenne nationale, avec 19,1 par 100 000 personnes.

En outre, alors que les rapports sexuels entre hommes continuent d'être le facteur de risque dominant au pays, l'épidémie manitobaine est davantage caractérisée par les contacts hétérosexuels. En Saskatchewan, l'épidémie est pour sa part attribuable davantage aux infections liées à l'usage de drogue.

Pour un dépistage des deux partenaires

Il y a eu 80 nouveaux cas d'infection au Manitoba l'an dernier, selon les données du rapport.

Le directeur de la Stratégie provinciale du Manitoba sur le SIDA, le Dr Ken Kasper, s'inquiète de certaines tendances contenues dans le rapport publié cette semaine.

D'après le document, les rapports sexuels entre partenaires de sexe opposé continuent d'être le premier facteur de risque et comptent pour 67 % des nouveaux cas rapportés en 2011.

Seuls 18 % des nouveaux cas concernaient des rapports sexuels entre hommes, un taux stable depuis 2008.

« Nous espérons une approche conjointe, où deux patients iraient voir leurs professionnels de la santé et leur diraient qu'ils veulent un test de dépistage du VIH », partage le Dr Kasper.

Nous aimerions aussi que les professionnels de la santé voient le VIH comme tout autre problème de santé sexuelle.

Dr Ken Kasper, directeur de la Stratégie provinciale du Manitoba sur le SIDA

Surreprésentation des Autochtones

Par ailleurs, 53 % des cas ont été décelés au sein des populations autochtones, qu'il s'agisse de membres des Premières Nations, d'Inuits ou de Métis. Il s'agit d'une hausse par rapport à l'année précédente, alors que cette proportion n'était que de 38 %. Parallèlement, les autres groupes ethniques ont été moins représentés dans la même période.

En 2011, 41 % des femmes infectées, soit 13 femmes, avaient 30 ans ou moins. De ces 13 jeunes femmes, 10 étaient Autochtones.

« Je crois que ça vient de certaines des iniquités et des divisions socioéconomiques qui séparent les Autochtones et d'autres populations. Dans certaines situations, il s'agit d'une population très vulnérable », estime le Dr Kasper.

Manitoba

Maladie