•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aéroport de Neuville : un rapport de Transports Canada donne des munitions aux opposants

Une aérodrome sur le boulevard des Mille-Iles à Laval

Une aérodrome sur le boulevard des Mille-Iles à Laval

Photo : Vincent Champagne

Radio-Canada

Un document publié par Transports Canada donne des arguments aux citoyens qui s'opposent à l'implantation de l'aéroport de Neuville pour des raisons de sécurité.

Le rapport recommande que les aéroports soient construits à plus de trois kilomètres des champs de maïs, en raison du « péril aviaire », le danger lié à la présence des oiseaux.

Dans ce document, Transports Canada souligne que l'exploitation agricole telle que la culture du maïs peut attirer les oiseaux. Ceux-ci sont susceptibles de causer des dommages structuraux et d'entraîner une perte de puissance des moteurs des aéronefs.

« Ils sont en plein coeur des champs de maïs, on est dans la saison où le maïs se termine, on voit des milliers de goélands qui volent autour du site, ce n'est pas rassurant », explique l'un des opposants, Jean-Pierre Lorrain.

Les citoyens de Neuville ont organisé plusieurs manifestations au cours des derniers mois pour s'opposer au projet.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plusieurs politiciens étaient présents

Neuville Aéro réagit

Le président de Neuville Aéro, Martin Mercier, affirme que l'aéroport de Neuville est sécuritaire même s'il est situé à proximité de champs de maïs.

Il souligne que les observations présentées dans le document ne sont que des recommandations qu'il n'est par conséquent pas tenu de respecter.

Selon lui, l'aéroport de Neuville n'est pas une exception. « Il y a beaucoup d'aérodromes avec des champs de maïs à côté. Saint-Lambert en est un bon exemple : il y a un champ juste à côté de la piste. »

Martin Mercier reconnaît que les oiseaux peuvent être plus nombreux à certaines périodes de l'année. « Il y a peut-être deux fois dans l'année où il y a un peu plus d'oiseaux, lorsque les cultivateurs vont faire la cueillette du blé d'Inde, mais à part ça, ça ne cause pas de problème. »

En mai dernier, les résidents de Neuville qui s'opposent au projet ont demandé à la Cour supérieure du Québec une injonction pour empêcher les promoteurs d'aller de l'avant. La cause doit revenir devant les tribunaux en octobre.

Québec

Société