•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de ligne électrique Northern Pass s'attire les foudres de résidents du New Hamsphire

L'une des nombreuses pancartes dénonçant les projets d'Hydro-Québec.

L'une des nombreuses pancartes dénonçant les projets d'Hydro-Québec.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'intention d'Hydro-Québec de construire une ligne électrique passant par le Québec et le New Hampshire, le projet Northern Pass, s'attire les foudres de citoyens des États-Unis et de l'Estrie qui ne veulent pas de ces pylônes sur leurs terres.

Ces derniers multiplient leurs démarches pour bloquer ce projet qui devrait voir le jour d'ici cinq ans. Ils sont toutefois sans nouvelles d'Hydro-Québec. « Nous n'en avons pas ici, et nous n'en voulons pas. La raison pour laquelle nous n'en avons pas, c'est que nous n'en voulons pas », explique une citoyenne de l'endroit, Julie Moran.

Ces citoyens craignent que leur paysage ne soit envahi par d'immenses tours électriques pouvant mesurer plus de 40 m de haut. « Le gouvernement du Québec ne porte pas attention à ce que les gens du New Hampshire disent, alors il était important que nous affichions notre message de manière plus visible », soutient un autre résident du New Hamsphire, Robert Baker.

Après avoir organisé plusieurs manifestations et envoyé des lettres à des dizaines d'instances gouvernementales, le regroupement de citoyens américains Live free or fry a pris les grands moyens pour attirer l'attention des Québécois. À ses frais, le regroupement a posé des affiches portant le message « Hydro-Québec stop bullying us ».

« Nous avons besoin de ces affiches. Nous avons besoin de faire passer le message et de toucher les gens qui viennent nous visiter, qui viennent faire du tourisme ici, pour qu'ils voient que nous sommes contrariés, que nous ne voulons pas cette de ligne électrique », ajoute M. Baker.

Alan Robert Baker et Julie Moran n'ont reçu qu'une seule réponse à toutes les lettres qu'ils ont envoyées, soit un avis les informant que leur lettre avait été remise à Clément Gignac, l'ex-ministre de l'Environnement, pour sa gouverne.

Depuis l'annonce de ce projet, les regroupements comme Live free or fry ont travaillé de concert avec des citoyens canadiens pour éviter l'implantation de la Northern Pass. « On est toujours dans l'inquiétude, tout le temps. »

La Québécoise Hélène Pariseau a elle aussi tenté à plusieurs reprises de joindre les instances gouvernementales, mais elle reste sans nouvelles depuis plus d'un an. « On n'en parle pas, ça ne bouge pas, on ne sait rien », déplore-t-elle.

Un tel projet réduirait de beaucoup la valeur de la ferme laitière d'Hélène Pariseau, à East Hereford; il empêcherait Mme Pariseau de cultiver une partie de sa terre. « C'est toujours trop proche. C'est du terrain en culture. Ce n'est pas en forêt du tout. On habite ici! Ça va être à 300 m de notre maison et de notre ferme aussi », précise-t-elle.

La mise en service de la ligne électrique est prévue pour 2013 selon Hydro-Québec.

Des citoyens du New Hamphshire refusent de voir construire une ligne électrique sur leurs terres.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des citoyens du New Hamphshire refusent de voir construire une ligne électrique sur leurs terres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !