•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Syrie : un diplomate canadien assistera le médiateur de l'ONU

Mokhtar Lamani

Mokhtar Lamani

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'est un diplomate canadien d'origine marocaine, Mokhtar Lamani, qui dirigera le bureau de l'ONU à Damas. Il représentera le médiateur des Nations unies et de la Ligue arabe en Syrie, Lakhdar Brahimi.

À quelques heures de son départ pour Damas, M. Lamani a accordé une entrevue à Radio-Canada, où il a indiqué que sa première tâche sera de prendre contact avec toutes les parties du conflit.

Il a expliqué que sa mission est complexe, car elle revêt trois dimensions; à savoir la dimension locale, c'est-à-dire « les relations entre les Syriens eux-mêmes », la dimension régionale, où les intérêts des pays qui entourent la Syrie « sont contradictoires » et la dimension internationale, où « il y a une division terrible au Conseil de sécurité ». Enfin, ce qui ne facilite pas la mission, M. Lamani a évoqué l'interaction entre les trois dimensions.

Par ailleurs, M. Lamani a abordé la question humanitaire qu'il a qualifiée de « catastrophique ». Il a précisé à ce sujet que deux millions de Syriens ont été contraints de quitter leur maison et que 20 000 personnes ont été tuées.

« Les choix définitifs doivent être les choix du peuple syrien lui-même. »

— Une citation de  Mokhtar Lamani

Selon lui, il y a des conditions sine qua non pour la médiation en Syrie. À titre d'exemple, il a cité la question des armes, « qui arrivent de partout à toutes les parties », pour laquelle la communauté internationale « doit faire quelque chose ».

« On fait des guerres interposées pour des considérations tellement lointaines de l'intérêt du peuple syrien. C'est ça la gravité de la situation. »

— Une citation de  Mokhtar Lamani

Le diplomate canadien a expliqué que la première chose qu'il fera est d'écouter et de comprendre tous les acteurs pour « pouvoir apporter quelque chose ».

M. Lamani estime que le dialogue aurait été possible s'il y avait deux antagonistes. Or selon lui, il y a en Syrie une « fragmentation inimaginable ».

« Dans chaque camp, il y a plusieurs camps », a-t-il affirmé.

Mokhtar Lamani

La mission de médiation en Syrie n'est pas la première pour ce diplomate aguerri. En 2006 et en 2007, il a été l'envoyé spécial de la Ligue arabe en Irak.

Il a également été ambassadeur de l'Organisation de la conférence islamique auprès de l'ONU, à New York, de 1998 à 2002.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !