•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Entente à l'amiable dans le dossier du petit Miguel Guardado-Richer

Miguel Guardado-Richer

Miguel Guardado-Richer

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le procès n'aura finalement pas lieu dans le dossier du petit Miguel Guardado-Richer. Radio-Canada a appris que les parties avaient conclu une entente à l'amiable.

La famille du petit garçon avait intenté une poursuite de près de 19 millions de dollars contre le Centre hospitalier régional de Trois-Rivières, deux médecins et la Coopérative des ambulanciers de la Mauricie.

Le jeune Trifluvien est lourdement handicapé depuis qu'il est entré dans un coma dans les premiers mois de sa vie. Sa famille se disait victime d'une erreur médicale.

Peu de détails été divulgués au sujet de l'entente. La famille confirme avoir reçu et accepté une proposition. Les deux parties devraient se rencontrer prochainement pour légaliser l'entente. Le montant du règlement demeure confidentiel.

Le procès, qui devait s'amorcer lundi, n'aura donc pas lieu.

Rappel des faits

Le 10 décembre 2002, le garçon éprouve des difficultés respiratoires. Miguel est transporté en ambulance au CHRTR et son état de santé se détériore rapidement. Maintenant âgé de 10 ans, Miguel souffre de graves lésions neurologiques.

Les parents reprochaient aux médecins qui l'ont traité au CHRTR de ne pas avoir posé le bon diagnostic, ce qui, selon eux, a retardé son traitement.

Ils reprochaient aussi aux ambulanciers d'avoir transporté Miguel sans avoir allumé les gyrophares et actionné les sirènes. Les parents soutenaient aussi que la qualité des soins offerts par le CHRTR n'était pas satisfaisante.

La poursuite avait été intentée il y a déjà plusieurs années.

La famille réclamait les coûts des soins de Miguel, qui doit souvent se rendre en Chine, et demandait aussi une compensation pour les conséquences directes et indirectes de la maladie du jeune garçon.

Pour l'instant, la direction du CHRTR refuse de commenter le dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !