•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Une nouvelle page d'histoire s'ouvre sur le Québec »

La nouvelle première ministre du Québec, Pauline Marois

La nouvelle première ministre du Québec, Pauline Marois

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Melanie Julien

Le discours de Pauline Marois à la suite de sa victoire s'est voulu rassembleur et rassurant. « Un nouvel épisode de notre existence commence », a déclaré la chef du Parti québécois devant un parterre de partisans en liesse, ajoutant souhaiter que ce soit l'occasion pour tous de retrouver « notre fierté comme peuple ».

Promettant de gouverner avec humilité et « écoute », la chef du PQ a invité les autres partis à l'Assemblée nationale à mettre de côté les divisions pour se rassembler autour de l'essentiel, qui, selon elle, est « notre fidélité commune » à la cause du Québec.

« Je dis merci à vous tous, vous tous qui avez fait vivre la démocratie québécoise. Je serai la première ministre de tous les Québécois, y compris de la jeunesse québécoise. »

Pauline Marois

« Il semble que le Parti québécois dirigera un gouvernement minoritaire. Les Québécois ont fait leur choix et nous allons respecter ce choix en gouvernant avec tous les autres élus de l'Assemblée nationale », a-t-elle assuré.

Faisant appel à l'unité, elle s'est dite convaincue que tous les députés sauront trouver les compromis nécessaires « à la bonne marche de l'État ». S'adressant à tous les élus des différents partis, elle a souligné qu'il était grandement temps « de retrouver confiance en l'avenir et en nos institutions ».

Le cynisme a perdu et c'est l'espoir qui a gagné. [...] Au-delà des résultats électoraux, il y a une victoire commune que nous devons savourer, celle de millions de Québécois qui ont exercé leur droit de vote.

Pauline Marois

Le discours de Pauline Marois

« Je veux saluer les chefs de tous les partis, oui, même [Jean] Charest. Nous avons tous donné le meilleur de nous-mêmes. Ce soir, je crois que nous devons mettre le passé derrière nous et saluer l'homme qui a exercé cette fonction si exigeante pendant neuf ans », a souligné la chef péquiste.

Mme Marois a également souhaité la bienvenue à la présidente et coporte-parole de Québec solidaire, Françoise David, qui fera son entrée à l'Assemblée nationale aux côtés du député de Mercier Amir Khadir.

« Et une autre page d'histoire s'ouvre sur l'histoire de notre peuple. Pour la première fois, le gouvernement du Québec sera dirigé par une femme! », s'est-elle réjouie, avant de rendre hommage « à toutes ces femmes d'aujourd'hui et d'hier qui portent la moitié du monde sur leurs épaules ».

« Je sais le poids de la responsabilité que j'assume désormais. J'accepte cette charge avec humilité, mais je l'accepte aussi avec beaucoup d'enthousiasme », a conclu Pauline Marois, réitérant avoir « la conviction que l'avenir du Québec est de devenir un pays souverain ».

Le discours de Mme Marois a alors été interrompu par un événement violent. Un homme armé a pénétré dans le vestibule arrière du Métropolis où se tenait le rassemblement du Parti québécois. Des coups de feu ont alors été tirés et les gardes du corps de la chef du PQ l'ont immédiatement poussé hors de scène.

Elle est revenue quelques minutes plus tard, a invité les élus à venir saluer la foule, puis a demandé à ses partisans de quitter la salle calmement.

Un texte de Melanie Julien

Politique provinciale

Politique