•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins de changements que prévu dans les banlieues de Montréal

François Legault a reçu le soutien de son épouse Isabelle Brais lors de son discours de fin de soirée.

François Legault a reçu le soutien de son épouse Isabelle Brais lors de son discours de fin de soirée.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

François Messier

Le paysage électoral aura finalement peu changé dans les banlieues nord et sud de Montréal, où de nombreuses luttes à deux ou à trois laissaient entrevoir des changements plus importants.

La Coalition avenir Québec de François Legault n'aura fait qu'un gain en Montérégie (Nouvelle fenêtre), deux dans les Laurentides (Nouvelle fenêtre) et un dans Lanaudière (Nouvelle fenêtre). Tous ont été effectués aux dépens du Parti québécois.

M. Legault effectuera son retour à l'Assemblée nationale après avoir été plébiscité par les électeurs de L'Assomption. Jacques Duchesneau a été élu dans Saint-Jérôme et l'omnipraticienne Hélène Daneault a enlevé Groulx. Gaétan Barrette a cependant mordu la poussière face au péquiste Mathieu Traversy dans Terrebonne.

La formation souverainiste a pour sa part enlevé les trois nouvelles circonscriptions apparues sur la carte électorale, soit Sainte-Rose, Repentigny et Sanguinet. Elle a aussi récupéré la circonscription de Deux-Montagnes, que Benoît Charette avait remportée pour le parti en 2008 avant de se rallier à la CAQ l'an dernier.

Le Parti libéral aura pour sa part réussi à conserver toutes les circonscriptions qu'elle détenait dans le 450, à l'exception de Laval-des-Rapides, où le ministre délégué aux Finances, Alain Paquet, a été battu par la nouvelle coqueluche du Parti québécois, Léo Bureau-Blouin.

Dans Laval (Nouvelle fenêtre), les libéraux ont réussi à conserver quatre sièges chaudement disputés. Seul M. Bureau-Blouin a en effet réussi à défaire un poids lourd libéral.

En Montérégie, les libéraux ont cependant défendu avec succès plusieurs circonscriptions libérales considérées prenables, dont celles des ministres Pierre Moreau et Nicole Ménard.

Deux des trois ex-députés péquistes passés dans les rangs de la Coalition avenir Québec, soit Benoit Charette dans Deux-Montagnes et François Rebello dans Sanguinet, ont été sanctionnés par les électeurs. Seul Daniel Ratthé aura réussi à conserver sa circonscription de Blainville pour la CAQ.

LAVAL

Les libéraux qui avaient remporté les cinq circonscriptions de l'île Jésus en 2008 auront réussi à en garder quatre, soit Fabre, Mille-Îles, Vimont et Chomedey. Le Parti québécois a enlevé Laval-des-Rapides et la nouvelle circonscription de Sainte-Rose.

La victoire des péquistes dans Laval-des-Rapides n'est pas banale. L'ex-président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) Léo Bureau-Blouin aura réussi à défaire l'ex-ministre délégué aux Finances, Alain Paquet, avec lequel il avait négocié au plus fort de la crise étudiante le printemps dernier. L'ex-présidente de l'Ordre des ingénieurs du Québec, Maud Cohen, termine troisième.

Dans Fabre, l'ex-bâtonnier du Québec Gilles Ouimet a réussi à succéder à la vice-première ministre et ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, qui a tiré sa révérence après neuf ans comme députée et ministre-clé du gouvernement Charest. Il a défait le péquiste François-Gycelain Rocque et la présidente de la CAQ, Dominique Anglade.

Le libéral Jean Rousselle a aussi réussi à conserver Vimont en défaisant la péquiste Linda Tousignant et le caquiste Christopher Skeete. La circonscription était jusqu'ici représentée par le libéral Vincent Auclair, qui a choisi de ne pas se représenter devant l'électorat.

Dans Mille-Îles, la libérale Francine Charbonneau a réussi à tirer son épingle du jeu face au péquiste Robert Carrier et au caquiste Jean Prud'homme, tandis que Guy Ouellet a été élu sans surprise dans la forteresse libérale de Chomedey.

La péquiste Suzanne Proulx aura l'honneur d'être la première députée de la nouvelle circonscription de Sainte-Rose.

LAURENTIDES

L'ex-patron de l'Unité anticollusion Jacques Duchesneau a réussi à ravir la circonscription de Saint-Jérôme, que détenait le péquiste Gilles Robert. Il l'a emporté par un peu moins de 900 votes.

Dans Groulx, l'omnipraticienne Hélène Daneault a défait l'ex-présentateur de nouvelles de la radio de Radio-Canada Raymond Archambault. La circonscription avait été remportée par le député René Gauvreau en 2008.

Dans Blainville, le caquiste Daniel Ratthé l'a emporté sur l'ex-président de la Fédération québécoise des municipalités du Québec Bernard Généreux. Élu comme péquiste en 2008, M. Ratthé avait été expulsé du parti en novembre dernier en raison de son flirt avec la CAQ.

Son collègue de Deux-Montagnes, Benoît Charette, qui a également claqué la porte du PQ au profit de la CAQ, n'a pas connu le même sort. Il a été défait par plus de 1300 votes par le péquiste Daniel Goyer.

Dans Argenteuil, le péquiste Roland Richer a réussi à conserver le siège qu'il avait arraché aux libéraux il y a tout juste quelques mois. Il a cette fois remporté une victoire très nette, avec plus de 3000 voix d'avance.

Les députés péquistes Denise Beaudoin, dans Mirabel, Claude Cousineau, dans Bertrand, et Sylvain Pagé, dans Labelle, ont tous réussi à conserver leur siège.

LANAUDIÈRE

François Legault pourra effectuer son retour à l'Assemblée nationale. Le chef de la CAQ a défait la péquiste Lizabel Nitoi par plus de 1000 voix dans L'Assomption. La circonscription était jusqu'ici représentée par le péquiste Scott MacKay, qui s'est fait réélire dans la nouvelle circonscription voisine de Repentigny.

Dans Terrebonne, le péquiste Mathieu Traversy a réussi à repousser les assauts de l'ex-président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), Gaétan Barrette, qui défendait les couleurs de la CAQ. M. Traversy l'a emporté par plus de 3600 votes.

Dans Masson, la péquiste Diane Hamelin a réussi à succéder à Guillaume Tremblay, qui avait remporté la circonscription la dernière fois, mais qui a choisi de ne pas se représenter.

Dans Berthier, le péquiste André Villeneuve a défait François Benjamin pour une deuxième fois. M. Benjamin, qui portait les couleurs de la CAQ, avait enlevé la circonscription pour l'ADQ en 2007.

Dans Rousseau, le péquiste Nicolas Marceau a réussi à tenir le fort face à la caquiste Laurence Fortin, qui lui a livré une chaude lutte.

Véronique Hivon, du Parti québécois, a pour sa part été réélue pour un second mandat dans Joliette.

MONTÉRÉGIE

Les libéraux n'ont pas perdu une seule des circonscriptions qu'il détenait dans cette région. La Coalition avenir Québec a cependant remporté la circonscription de Montarville, tout en réussissant à conserver celle de La Prairie.

Dans Montarville, la caquiste Nathalie Roy a renversé la péquiste Monique Richard par près de 2000 voix. Il s'agit sans contredit d'une dure défaite pour l'ex-syndicaliste, qui a aussi été présidente du parti.

La CAQ a aussi réussi à remporter la circonscription de La Prairie grâce à Stéphane Le Bouyonnec. Ce dernier a défait le péquiste Pierre Langlois par tout juste 80 voix, ce qui pourrait entraîner un dépouillement judiciaire.

Ironiquement, le député caquiste de François Rebello, qui a quitté La Prairie pour se présenter dans la nouvelle circonscription de Sanguinet, a mordu la poussière face au péquiste Alain Therrien.

Les libéraux ont cependant réussi à déjouer les pronostics des sondeurs et de plusieurs observateurs en conservant toutes ces circonscriptions en Montérégie.

Dans Châteauguay, le ministre des Transports, Pierre Moreau, a obtenu un second mandat. Il a obtenu 2400 votes de plus que la péquiste Maryse Perreault, présidente-directrice générale de la Fondation québécoise pour l'alphabétisation.

Dans Laporte, la ministre du Tourisme Nicole Ménard a été réélue pour une troisième fois. Elle a récolté plus de 2000 voix de plus que le péquiste Simon Bélanger.

Dans Soulanges, la libérale Lucie Charlebois est sortie victorieuse d'une lutte à trois avec le caquiste Mario Gagnier et le péquiste André Bouthillier.

Les députés libéraux Stéphane Billette dans Huntingdon, Fatima Houda-Pépin dans La Pinière et Yvon Marcoux dans Vaudreuil ont tous été reconduits dans leur fonction.

Les péquistes ont pour leur part réussi à conserver des sièges qui s'annonçait chaudement disputés, soit ceux de Marie Brouillé dans Iberville, d'Émilien Pelletier dans Saint-Hyacinthe et de Dave Turcotte dans Saint-Jean.

Plusieurs ténors péquistes ont aussi été élus ou réélus par leurs électeurs, dont Bernard Drainville dans Marie-Victorin, Pierre Duchesne dans Borduas, Stéphane Bergeron dans Verchères, Marie Malavoy dans Taillon, Bertrand Saint-Arnaud dans Chambly et Martine Ouellet dans Vachon. Guy Leclair a pour sa part été réélu dans Beauharnois.

Sur la division du vote souverainiste

Dans plusieurs circonscriptions, les votes de Québec solidaire et d'Option nationale ont visiblement fait mal au Parti québécois. Les votes obtenu par ces deux formations indépendantistes ont peut-être privé les péquistes d'une victoire dans Groulx, L'Assomption, La Prairie, Laporte, Mille-Iles, Montarville, Saint-Jérôme et Soulanges.

Pour me joindre :
francois.messier-nm@radio-canada.ca (Nouvelle fenêtre)

Suivre @messierSRC (Nouvelle fenêtre)

Politique provinciale

Politique