•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Association des résidents de Hull s'oppose au développement immobilier intensif

Radio-Canada

Le quartier de l'Île de Hull, à Gatineau, connaît un véritable boom immobilier. De nombreux propriétaires voulant vendre leur maison demandent 10 à 15 fois plus que l'évaluation municipale. La Municipalité veut développer et revitaliser le centre-ville, ce qui provoque une surenchère.

Cela fait quelques années que la Ville offre un crédit d'impôt foncier de sept ans aux promoteurs immobiliers afin que ceux-ci construisent de nouveaux édifices au centre-ville. Certains propriétaires de maison dans le quartier ont décidé de se regrouper avec des agents immobiliers pour vendre leurs maisons en bloc et ainsi profiter de la manne.

Certains propriétaires de maison ont décidé de se regrouper pour vendre leurs maisons en bloc.Certains propriétaires de maison ont décidé de se regrouper pour vendre leurs maisons en bloc.

Le président de l'Association des résidents de Hull, François Zarraga, s'élève contre cette pratique. Il estime que les propriétaires feront beaucoup d'argent alors que les locataires qui habitent le secteur depuis des années se retrouveront sur le trottoir, sans endroit où aller.

Ces gens-là n'auront jamais la chance d'acheter des condos de luxe.

François Zarraga, président de l'Association des résidents de Hull

L'Association de résidents aimerait que la Ville opte pour le développement mixte, c'est-à-dire que les nouveaux immeubles logent à la fois des bureaux, des familles à faible revenu de même que des familles de la classe moyenne ou mieux nantie. Ce type de construction connaîtrait une certaine popularité à Ottawa, Montréal et Québec en raison de sa rentabilité, selon François Zarraga.

Des changements de zonage

Il promet que son association ne laissera pas la Ville faire des changements de zonage aussi facilement qu'elle le désire. Par ailleurs, M. Zarrage trouve regrettable que les élus de Gatineau n'informent pas les résidents davantage lorsqu'ils décident de changer la vocation d'un quartier.

Le maire de Gatineau, Marc BureauLe maire de Gatineau, Marc Bureau

De son côté, le maire de Gatineau explique que la mixité est déjà mise en pratique par la Municipalité et qu'il entend continuer dans cette direction avec les nouvelles constructions.

Marc Bureau estime cependant que demander 1 500 000 $ pour une maison de 1000 pieds carrés, estimée à 185 000 $, représente une somme importante.

Il reste encore plusieurs étapes avant de procéder à la première pelletée de terre. En plus des changements de zonage, les élus municipaux devront aussi accorder les permis de démolition.

D'ici dix ans, 4000 copropriétés pourraient être construites à Gatineau, soit 40 tours de 100 logements.

Ottawa-Gatineau

Affaires municipales