•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Convention républicaine : Romney couronné

Mitt Romney et sa femme Ann

Mitt Romney et sa femme Ann

Photo : AFP / STAN HONDA

Radio-Canada

Sans surprise, Mitt Romney a officiellement été investi mardi comme candidat républicain à l'élection présidentielle américaine du 6 novembre prochain. Il affrontera le président démocrate sortant, Barack Obama.

Ce couronnement a eu lieu à Tampa, en Floride, où les délégués ont entamé leurs travaux au deuxième jour de la convention républicaine. Elle a été retardée de 24 heures en raison de la tempête Isaac qui s'est transformée en ouragan mardi.

Le candidat a obtenu le seuil nécessaire des 1144 délégués (sur 2286) lors d'un décompte réalisé État par État dans l'enceinte du Tampa Bay Forum, où se tient la convention. C'est l'État du New Jersey qui l'a fait basculer au-dessus de ce seuil.

En l'absence d'adversaires, cette désignation ne faisait aucun doute. Mais ce rituel est crucial pour Mitt Romney qui, une fois l'investiture officialisée jeudi, pourra financer sa campagne avec les fonds prévus pour l'élection générale elle-même.

Programme républicain

Les délégués républicains ont adopté un programme de gouvernement résolument conservateur, prévoyant l'interdiction de l'avortement et des mariages gais, l'annulation de la réforme de la santé du président Obama et la tolérance zéro en matière d'immigration illégale. En préambule de ses 62 pages, le programme affirme qu'« aujourd'hui, le rêve américain est en danger ».

« Parler d'amour »

L'autre moment fort de la soirée a assurément été le discours d'Ann Romney, l'épouse du désormais candidat républicain, et peut-être future première dame des États-Unis. Ann Romney a choisi de « parler d'amour », de sa vie de mère de cinq garçons et de ses 43 ans de mariage avec « l'homme dont l'Amérique a besoin ».

« Cet homme n'échouera pas, cet homme ne nous laissera pas tomber, cet homme va tirer l'Amérique vers le haut », a-t-elle déclaré en regardant droit vers les caméras, tout en lançant un appel au vote des femmes.

Réalisant sa propre opération de charme auprès des Américains, mentionnant au passage ses batailles contre la sclérose en plaques et le cancer du sein, Ann Romney a tenté de montrer un côté plus humain de son mari qui, selon tous les sondages, souffre d'un sérieux handicap à ce sujet auprès des Américains.

Voici l'homme qui se réveillera chaque jour, déterminé à résoudre les problèmes qui, selon les autres, ne peuvent être résolus, à réparer ce qui, selon les autres, ne peut être réparé. Voici l'homme qui travaillera plus dur que quiconque, afin que nous travaillions un peu moins dur.

Ann Romney

Plusieurs poids lourds du parti se sont également exprimés tour à tour, dont le gouverneur du New Jersey, Chris Christie, le président de la Chambre des représentants, John Boehner, ou encore l'ultraconservateur Rick Santorum, candidat malheureux à l'investiture face à Mitt Romney.

« Nous devons cesser la destruction en cours de l'institution du mariage et de la famille dans ce pays », a affirmé M. Santorum, dénonçant les politiques du président sortant en matière économique, sociale ou familiale.

Le président Obama, en campagne mardi dans l'Iowa, avait appréhendé ces attaques en affirmant que la convention « devrait être un spectacle plutôt distrayant ». « Je suis sûr qu'ils auront plein de choses adorables à dire à mon sujet », avait-il ironisé.

Le frère de Mitt Romney, Scott, s'exprime lors de la convention républicaine, à Tampa, mardi.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le frère de Mitt Romney, Scott, s'exprime lors de la convention républicaine, à Tampa, mardi.

Photo : AFP / CHIP SOMODEVILLA

Mitt Romney avait prévu de se rendre à Tampa jeudi, au dernier jour de la convention, pour prononcer son discours d'acceptation. Mais son entourage a décidé de précipiter son arrivée pour attirer l'attention des médias mobilisés par l'ouragan Isaac.

Il a d'ailleurs créé la surprise mardi soir en faisant une apparition impromptue sur la scène de la convention, embrassant son épouse qui venait d'y prononcer son vibrant discours d'une vingtaine de minutes devant les quelque 4400 délégués venus de tous les États-Unis.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

International