•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La maladie du légionnaire en perspective

La bactérie responsable de la légionellose

La bactérie responsable de la légionellose

Photo : La Presse canadienne / AP / Janice Haney Carr

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Maladie à déclaration obligatoire, la légionellose, aussi appelée maladie du légionnaire, est une forme de pneumonie sévère qui se manifeste notamment par de la toux, de la fièvre et une difficulté à respirer.

La bactérie à l'origine de la maladie, Legionella pneumophilia, se trouve naturellement dans l'environnement. Elle prolifère dans les eaux tièdes et les endroits tempérés et humides, et est fréquente notamment dans les lacs, les rivières et les ruisseaux.

La Legionella est résistante à la chloration des eaux municipales et peut donc s'infiltrer dans la tuyauterie des maisons et des édifices publics et industriels. La température (entre 25 et 40 degrés Celsius), la stagnation de l'eau, la présence de sédiments, de biofilms et de corrosion, sont des facteurs propices à la prolifération de la bactérie.

Un biofilm, c'est une fine couche de micro-organismes contenus dans une matrice solide et qui se forme sur n'importe quelle surface en contact avec de l'eau. La présence de certains organismes dans les biofilms a un effet protecteur contre l'action des désinfectants ou des hautes températures visant à détruire les bactéries. Les biofilms rendent donc difficile et coûteuse l'élimination de la Legionella, notamment dans les tours de refroidissement des grands édifices.

C'est par l'inhalation de fines gouttelettes d'eau contaminée circulant dans l'air que les personnes entrent en contact avec la bactérie et peuvent contracter la maladie.

Dans notre environnement quotidien, les sources de vaporisation d'eau contaminée par la Legionella sont partout : les tours de refroidissement de gros bâtiments, les chauffe-eau (douche), les baignoires à remous, les spas et les jacuzzis ou encore les humidificateurs.

En ce moment, il n'existe aucun vaccin contre la légionellose.

La légionellose au Canada et dans le monde

1976 : Découverte de la légionellose. La bactérie tient son nom d'un congrès de la légion américaine où un nombre important de vétérans ont souffert d'une forme de pneumonie jusque-là peu connue.
1997 : Un rapport recommande, entre autres, à la ville de Québec de créer un registre pour recenser les tours de refroidissements des immeubles de la municipalité. Ce registre n'existe toujours pas.
1986 : La légionellose devient une maladie à déclaration obligatoire au Canada.
2005 : Le Canada connaît sa pire éclosion de légionellose : 21 personnes meurent dans une maison de retraite de Toronto.
2005-2009 : Santé Canada a dénombré 130 cas de légionellose. La moitié des malades ont plus de 60 ans. Entre 15 % et 20 % des personnes atteintes meurent, en moyenne.
Janvier 2012 : Un homme meurt à Edmonton, probablement des suites de la légionellose, selon les autorités.
Juin 2012 : Éclosion de la légionellose en Écosse, un homme meurt.
Juillet 2012 : 81 personnes ont contracté la maladie à Québec; six d'entre elles en sont mortes.
Source: CBC, BBC, Santé Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !