•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dolbeau-Mistassini : 20 millions pour rouvrir la papeterie

Relance de l'usine de Produits forestiers Résolu à Dolbeau-Mistassini

Relance d'un papeterie

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des dizaines de travailleurs, d'élus et de citoyens sont réunis à la papeterie de Dolbeau-Mistassini pour l'annonce de la réouverture de l'usine de Produits forestiers Résolu (PFR).

Le président-directeur général de l'entreprise, Richard Garneau, a dévoilé les détails de la relance de la papeterie de Dolbeau-Mistassini. Il a expliqué que le redémarrage de l'usine à papier représentait un investissement de 20 millions de dollars.

Hydro-Québec a accepté la soumission de PFR concernant la vente d'électricité produite par sa centrale de cogénération, ce qui représentait une condition essentielle à la relance de la papeterie. L'entente pour les 26,5 mégawatts est de 15 ans.

Richard Garneau a affirmé que Produits forestiers Résolu travaillait depuis près de 18 mois à la relance de l'usine à papier.

Il assure que la campagne électorale, où le maire de Dolbeau-Mistassini Georges Simard est candidat pour le Parti libéral du Québec, n'a aucun lien avec l'annonce de la réouverture. « Absolument pas. J'aurais bien voulu être capable de la partir au mois d'avril ou au mois de mai », dit-il.

« Ce litige avec Hydro était majeur, et la question devait absolument être réglée pour permettre la réouverture de l'usine », a souligné le vice-président du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier (SCEP), Renaud Gagné, qui s'est dit optimiste malgré la grande concurrence qui caractérise l'industrie.

La réouverture de l'usine entraînera la création de 135 emplois directs à Dolbeau-Mistassini. La production de la machine numéro cinq doit reprendre d'ici une quinzaine de jours, dès que l'embauche du personnel sera complétée.

« Le syndicat ne veut pas être prophète de malheur, mais la capacité du marché est bien mince. »

— Une citation de  Renaud Gagné, vice-président du SCEP

Dans son usine de Dolbeau-Mistassini, Produits forestiers Résolu fabriquera du papier d'impression commerciale surcalandré (SNC et SCB), pour les revues et magazines notamment.

Lors de la conférence de presse, le maire de Dolbeau-Mistassini, Georges Simard, a éclaté en sanglots au moment de prendre la parole. Il a rappelé qu'il travaillait depuis trois ans à la relance de l'usine.

Des propos rassurants pour l'usine Laurentide

Par ailleurs, Richard Garneau se fait rassurant pour l'avenir de l'usine Laurentide, où l'on craint que la réouverture de l'usine à papier de Dolbeau-Mistassini ne cause la fermeture éventuelle de la machine numéro 10 de celle de Shawinigan, ce qui pourrait toucher 160 emplois.

L'usine Laurentide produit le même type de papier que celle de Dolbeau-Mistassini, mais avec des équipements beaucoup plus vieux.

M. Garneau affirme que des tests sont faits pour un nouveau produit à l'usine Laurentide. Lors du point de presse, Richard Garneau a aussi confirmé que pour l'instant, il n'y avait aucune conséquence pour les travailleurs de Shawinigan.

De son côté, le ministre sortant des Finances, Raymond Bachand, dit suivre la situation de près et confirme qu'il ne devrait pas y avoir d'impact à Shawinigan.

Moins d'espoir à l'usine Kénogami

Du côté de l'arrondissement de Jonquière, le président du syndicat des employés de bureau de l'usine Kénogami, Daniel Maltais, est déçu que Produits forestiers Résolu n'offre aucune alternative pour la machine à papier numéro 6, fermée en décembre dernier.

« M. Garneau ne l'a jamais fait à l'usine Kénogami, il ne s'est jamais assis avec les gens pour essayer de trouver une façon de faire pour que la machine numéro 6 demeure », mentionne M. Maltais.

Même si l'entreprise se fait rassurante au sujet de la rentabilité de la machine toujours en production, le représentant syndical déplore que l'entreprise ne s'intéresse plus à l'usine Kénogami en répétant que seules les installations les plus rentables survivront à long terme.

Fermée depuis trois ans

L'usine était fermée depuis le 24 août 2010. L'annonce de la réouverture survient donc à la même date, deux ans plus tard.

La papeterie de Dolbeau-Mistassini avait cessé ses activités le 20 juin 2009. L'usine employait près de 250 personnes.

Depuis plusieurs mois, Produits forestiers Résolu tentait de s'entendre avec Hydro-Québec pour la vente de l'électricité produite à sa centrale de cogénération.

Une centaine de personnes s'affairaient à la préparation de l'usine de cogénération en prévision du redémarrage des installations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !