•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Débat des chefs : Option nationale participe à sa façon

Le chef d'Option nationale, Jean-Martin Aussant.
Le chef d'Option nationale, Jean-Martin Aussant.
Melanie Julien

Malgré son exclusion du débat des chefs organisé par le consortium des télévisions publiques du Québec, la jeune formation politique Option nationale (ON) a participé à sa façon à l'exercice dimanche soir.

Le chef de la formation souverainiste, Jean-Martin Aussant, a commenté le débat en direct sur le réseau social Twitter. Du financement des partis politiques à la nationalisation des ressources naturelles, en passant par la santé et l'économie, le chef d'ON a réagi aux affirmations des quatre différents partis.

« Un politicien de carrière contre une politicienne de carrière. Les éternels arguments prévisibles », a-t-il lancé d'entrée de jeu, faisant référence aux chefs des deux grands partis, soit Jean Charest et Pauline Marois.

« Il faut avoir l'audace de ne pas tomber dans le piège du vote stratégique. Votez avec vos convictions. »

Jean-Martin Aussant, chef d'Option nationale

Alors que la chef du Parti québécois s'est dite « pour le développement du Nord qui va amener des redevances aux Québécois », le chef du Parti libéral a défendu son Plan Nord en soulignant que le gouvernement allait « chercher la part qui nous revient ».

Sur cette question, Jean-Martin Aussant a indiqué que « les partis traditionnels s'enferment dans un débat stérile sur les redevances » et « qu'il faut nationaliser les ressources naturelles ».

« PLQ, PQ et CAQ ne veulent pas d'une société d'État qui gérerait nos [ressources naturelles], alors qu'on laisse des sociétés étrangères le faire ici! »

Jean-Martin Aussant, chef d'Option nationale

À l'instar de la présidente et coporte-parole de Québec solidaire, Jean-Martin Aussant est également d'avis que la source du problème réside dans le financement des partis politiques. « La solution est pourtant simple : interdire les dons privés aux partis politiques! [C'est une] question de volonté politique », a-t-il affirmé.

Du côté de la santé, M. Aussant estime qu'élargir « le rôle des infirmières et des pharmaciens » ainsi que d'informatiser « le système de santé » permettrait d'offrir « un médecin de famille pour tous ».

Concernant la déclaration du chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, selon laquelle il n'y a « que l'Île-du-Prince-Édouard qui est plus pauvre » que le Québec, M. Aussant n'est pas d'accord.

« Le discours de M. Legault est faux. Les [Québécois] ne sont pas moins riches que leurs voisins. 95 % des Québécois vivent mieux que 95 % des [États-Unis]. »

Jean-Martin Aussant, chef d'Option nationale

Quant à la question nationale, voici quelques citations de Jean-Martin Aussant tenues au cours de la soirée :

  • Renouvellement du fédéralisme? Il est futile de tenter d'améliorer les aptitudes d'un autre peuple à bien nous gérer;
  • On ne veut pas plus de pouvoirs, on veut tous les pouvoirs;
  • Un [Québec] souverain fera plus de surplus en période de [croissance] et moins de déficits en période difficile. On y gagnera tout le temps;
  • Si la priorité de M. Charest était vraiment l'économie, il serait souverainiste pour investir dans NOS secteurs stratégiques;
  • Le meilleur moyen de "relancer le Québec" (dixit M. Legault) est de devenir maîtres chez nous;
  • Chaque priorité des Québécois (santé, éducation, économie, etc.) serait mieux gérée si le Québec avait tous ses outils;
  • Environ 200 pays dans le monde. Aucun n'a jamais regretté et voulu redevenir une province. ON est rendus là.

La question de la souveraineté a divisé les quatre chefs qui participaient au débat, au cours duquel Pauline Marois a réitéré sa fidélité au dessein souverainiste, tout en évitant de fixer une date pour un référendum.

« Quand il faut insister qu'on est souverainiste, il y a quelque chose de pas très clair... », a rétorqué Jean-Martin Aussant sur Twitter.

Option nationale a ensuite diffusé une émission de 45 minutes sur le web, à l'adresse ondebat.com (Nouvelle fenêtre). En plus de commenter le débat, M. Aussant a répondu aux questions des internautes.

Le parti de Jean-Martin Aussant avait déposé cette semaine une demande d'injonction visant à permettre à son chef de participer au débat télévisé présenté à Radio-Canada et à Télé-Québec, ainsi que les débats de TVA. Cette requête a toutefois été rejetée.

Un débat à quatre

Le débat des chefs de dimanche était le premier débat provincial comptant quatre chefs de parti. Il s'agissait aussi du premier à mettre en présence autant de femmes que d'hommes.

Les participants au débat :

  • Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault
  • La chef du Parti québécois, Pauline Marois
  • Le chef du Parti libéral, Jean Charest
  • La chef de Québec solidaire, Françoise David

Les chefs invités ont discuté de quatre thèmes, soit : l'économie, la gouvernance, les politiques sociales et la question nationale et l'identité. Ils ont débattu parfois deux à deux, parfois en groupe. L'ordre des interventions a été déterminé au préalable par un tirage au sort en présence des représentants des quatre partis et des réseaux de télévision.

Politique