•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Northern Gateway : une raffinerie proposée pour Kitimat en C.-B.

David Black raffinerie

David Black tient un pot de pétrole brut et un pot de pétrole raffiné alors qu'il annonce son projet de raffinerie pour la région de Kitimat.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un éditeur britanno-colombien veut construire une raffinerie de 13 milliards de dollars à Kitimat pour transformer le pétrole que transporterait le pipeline Northern Gateway.

David Black, propriétaire de Black Press Group, a affirmé que son autre entreprise, Kitimat Clean, avait soumis une demande d'évaluation environnementale en vue de la construction de l'installation.

M. Black a affirmé que l'installation serait spécifiquement conçue pour traiter les sables bitumineux de l'Alberta et qu'elle pourrait traiter l'ensemble du bitume acheminé par le projet de pipeline Northern Gateway d'Enbridge.

Il a expliqué que la raffinerie produirait 240 000 barils de diesel, 100 000 barils d'essence et 50 000 barils de kérosène ou de combustible pour moteur à réaction par jour.

port Kitimat EnbridgeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le pipeline Northern Gateway transporterait du pétrole entre les sables bitumineux de l'Alberta et le port de Kitimat dans le nord-est de la Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck


M. Black croit que la raffinerie permettrait de créer 3000 emplois à temps plein et 6000 à temps partiel pendant sa construction.

La raffinerie serait installée sur une parcelle de terre de la Couronne de 3000 hectares, dans un quartier industriel.

Le site est à 25 km au nord de Kitimat, à 25 km au sud de Terrace et à 40 km du port maritime prévu par Enbridge sur le canal Douglas.

M. Black a affirmé que la construction pourrait commencer dès 2014.

Mieux pour l'environnement

Faisant allusion aux craintes de déversements dans les eaux au large de la Colombie-Britannique, David Black a noté que le pétrole raffiné, comme l'essence, est plus facile à nettoyer que le pétrole brut.

Il ajoute qu'il payera pour l'évaluation environnementale du projet, mais avoue qu'il n'a pas encore de partenaires investisseurs pour la construction de la raffinerie.

Monsieur Black a toutefois révélé qu'il n'avait pas encore obtenu l'appui de la compagnie Enbridge, du gouvernement de la Colombie-Britannique ou encore des Premières Nations de la province.

Rich ColemanAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le leader à la Chambre des libéraux de la Colombie-Britannique, Rich Coleman.

Victoria attend les détails

Dans une déclaration écrite, le ministre de l'Énergie de la Colombie-Britannique, Rich Coleman, a déclaré que son gouvernement attendait les détails du projet.

Il rappelle que le projet devra se soumettre à une évaluation environnementale avant d'être approuvé.

Bien que la déclaration du ministre Coleman ne donne aucune opinion sur la valeur du projet de raffinerie, il confirme que l'investissement de 13 milliards de dollars créerait des milliers d'emplois dans la province.

Le ministre de l'Emploi provincial Pat Bell appuie quant à lui la proposition de monsieur Black parce qu'il croit également que le pétrole raffiné est moins dangereux pour l'environnement et que la création d'autant d'emplois rapporterait beaucoup à la province.

Le ministre Bell ajoute toutefois qu'il ne sait pas si une raffinerie pourrait être rentable, car celles qui existent suffisent déjà amplement à la tâche.

Enbrige ne prend pas position

Pour sa part, dans une déclaration écrite, la compagnie Enbridge dit être au courant du projet de David Black, mais refuse pour l'instant de se prononcer.

Une chimère selon le NPD

Selon le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'Énergie, le néo-démocrate John Horgan, le projet de David Black n'est guère plus qu'une chimère puisqu'il ne jouit pas de partenaires-investisseurs, ou d'appui des communautés et des Premières Nations.

Le député Horgan ajoute que l'idée est ambitieuse. Il note toutefois que le succès de la raffinerie dépendrait du projet de pipeline Northern Gateway et de la présence de plus pétroliers sur les côtes de la province, deux choses auxquelles s'oppose le Nouveau Parti démocratique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !