•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Logemen'occupe dénonce les « pratiques archaïques » du Gîte Ami

Le coordonnateur de Logemen'occupe, François Roy

Le coordonnateur de Logemen'occupe, François Roy

Radio-Canada

Le coordonnateur de Logemen'occupe a fait une sortie en règle, vendredi, contre les responsables du Gîte Ami, un centre d'aide aux itinérants de Gatineau.

François Roy croit que le Gîte Ami devrait adopter un mode d'intervention plus approprié afin de mettre en place des pratiques favorisant la sortie de l'itinérance.

Il somme l'organisme de revoir ses « pratiques archaïques » et demande aux responsables d'offrir un véritable service aux itinérants qui serait disponible 24 heures sur 24.

François Roy se réjouit de l'aide financière apportée par des citoyens et des entreprises de Gatineau à la suite d'un appel à l'aide lancé pour le Gîte Ami par un homme d'affaires. Le centre d'aide aux itinérants a annoncé que les services de jour seraient maintenus.

Par contre, ces services ne s'adressent pas à l'ensemble des clients du Gîte Ami. Selon M. Roy, plusieurs itinérants doivent donc quitter le centre d'hébergement après le déjeuner.

On voit mal comment un organisme qui a reçu du financement important de la part des autorités publiques au cours des dernières années maintient encore ses pratiques de mettre les gens à la rue le matin.

François Roy, coordonnateur de Logemen'occupe

Plusieurs itinérants se retrouvent ensuite à la Soupe populaire de Hull « au détriment de plusieurs autres familles démunies », ajoute François Roy.

De plus, le coordonnateur de Logemen'occupe croit que le Gîte Ami n'a pas respecté ses engagements envers la Ville de Gatineau. Il souligne que les itinérants se retrouvent toujours dans les rues du secteur de Hull, malgré la construction d'un nouvel édifice financé largement par les autorités municipales.

Le Gîte Ami de GatineauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Gîte Ami de Gatineau héberge des sans-abri, en plus de leur offrir des repas, des vêtements et de l'aide psychologique.

Réaction du Gîte Ami

Le directeur général du Gîte Ami, Luc Villemaire, a défendu son organisme. Il croit que la mission du centre, qui est d'héberger les itinérants la nuit, est bien remplie.

Il souligne que seul un financement récurrent permettra d'offrir de véritables services de jour.

Luc Villemaire croit que le Gîte Ami est bien géré et réfute les accusations de François Roy. « Le Gîte Ami qu'il décrit n'est pas le Gîte Ami que je connais », a-t-il rétorqué en invitant son homologue à venir visiter les installations du centre.

Campagne électorale

Des logements à Gatineau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des logements à Gatineau.

Par ailleurs, François Roy déplore le manque d'engagement des candidats de l'Outaouais dans le domaine du logement social dans le cadre de la campagne électorale.

Il souligne que les plateformes électorales de Québec solidaire et du Parti québécois abordent la question du logement. Par contre, le Parti libéral du Québec et la Coalition avenir Québec n'ont pas encore affiché leur position dans ce dossier.

François Roy entend talonner les principaux partis politiques d'ici la fin de la campagne, pour qu'ils prennent des engagements clairs et chiffrés dans ces dossiers qu'il juge essentiels.

Logemen'occupe organise un débat entre certains candidats de l'Outaouais mardi prochain.

Ottawa-Gatineau

Société