•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de collaboration avec un gouvernement minoritaire, répète Legault

Le chef de la CAQ
Florence Meney

À un peu plus de deux semaines du scrutin, le chef de la Coalition avenir Québec écarte catégoriquement toute alliance avec un éventuel gouvernement minoritaire, qu'il soit péquiste ou libéral.

Le chef de la CAQ a ainsi répété ce qu'il avait déjà exprimé à l'antenne de Radio-Canada au début de la campagne électorale. Il a ajouté qu'il n'hésiterait pas à déclencher un nouveau scrutin en cas d'élection d'un tel gouvernement.

Sans équivoque, François Legault a déclaré : « Actuellement, il y a un parti qui a les mains sales, c'est le Parti libéral, et il n'est pas question de s'associer avec ce parti-là, et puis il y a un parti qui a les mains attachées, que je connais bien, et c'est le Parti québécois. Au Parti québécois, il y a une seule priorité, c'est le référendum, puis en plus ils ont les mains attachées avec les syndicats. »

« Tous les changements qu'on veut faire pour enlever la bureaucratie, ce ne sera pas possible avec le Parti québécois. »

François Legault

« Si jamais cela arrivait, on serait en élections plutôt tôt que tard », a ajouté François Legault.

François Legault présente aujourd'hui le cadre financier des engagements électoraux de sa jeune formation politique dans la région de Montréal.

Le premier août, à l'émission 2460, de Anne-Marie Dussault, François Legault déclarait déjà :« Jamais on ne fera d'entente avec le Parti québécois. Le Parti québécois, je le sais, j'ai été là pendant 10 ans. Il a un seul objectif, c'est la souveraineté, et il a les deux mains attachées avec les syndicats, donc ils ne feront jamais les changements qu'on propose. Et puis, je n'irai pas m'associer avec le Parti libéral, qui est corrompu, et qui se sauve dans une élection en plein été avant d'avoir les audiences publiques à la mi-septembre. »

Une attitude irresponsable, dénoncent ses adversaires

En conférence de presse vendredi, Jean Charest a refusé de se prononcer sur sa propre stratégie face à un éventuel gouvernement minoritaire. « Nous allons être élus majoritaires, c'est majoritaires que nous aurons les outils pour gouverner. »

Il s'est par contre insurgé contre les déclarations de François Legault sur cette question : « Je ne ferai pas comme François Legault qui a dit "Je veux des élections qui vont suivre", cela, c'est irresponsable! ».

Le chef libéral s'est demandé d'ailleurs où pouvait bien résider l'intérêt des Québécois dans ce choix-là, ajoutant « à part l'intérêt personnel de François Legault, moi je n'en vois aucun. »

De son côté, en tournée à Lévis, la chef du Parti québécois a brièvement commenté: « M. Legault est en train de nous dire que si c'était le choix de la population, il ne le respecterait pas. C'est inquiétant pour notre démocratie. »

Politique