•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un 3e hôtel en lock-out à Montréal

Des salariés en lock-out de l'hôtel Holiday Inn Sinomonde

Des salariés en lock-out de l'hôtel Holiday Inn Sinomonde ont manifesté jeudi matin.

Radio-Canada

La direction de l'hôtel Espresso, situé sur la rue Guy à Montréal, a décrété jeudi matin un lock-out visant ses 80 salariés syndiqués. Selon la Fédération du commerce de la centrale syndicale CSN, il s'agit du troisième hôtel montréalais à recourir au lock-out dans le cadre des négociations autour du renouvellement des conventions collectives de travail.

Outre l'hôtel Espresso, le Hyatt Regency et le Holiday Inn Sinomonde sont également en conflit de travail, le premier depuis le 25 juillet, le second depuis le 5 août.

Les 200 travailleurs syndiqués de l'hôtel Hilton Bonaventure, toujours à Montréal, sont par ailleurs en grève depuis dimanche dernier.

« Certains hôteliers choisissent la voie de la négociation et cette attitude les sert bien, souligne le porte-parole du secteur de l'hôtellerie à la Fédération du commerce CSN, Michel Valiquette. Au Château-Cartier de Gatineau, nous avons conclu une entente avant même l'échéance de la convention collective : seulement trois rencontres de négociations auront été nécessaires. À l'Espresso, l'employeur choisit la voie inverse, celle de l'affrontement. Nous sommes prêts à faire face à la musique », ajoute-t-il dans un communiqué publié jeudi matin.

Des briseurs de grève au Hyatt Regency

La CSN a par ailleurs accusé l'hôtel Hyatt Regency de recourir à des briseurs de grève. Selon le syndicat, des enquêteurs du ministère du Travail ont constaté, lors récente visite sur place, qu'au moins 13 briseurs de grève étaient présents dans l'établissement du Complexe Desjardins.

« Nous ne laisserons rien passer à cet égard, assure Michel Valiquette. Si les hôteliers s'imaginent qu'ils pourront bafouer l'esprit de la loi impunément, ils se trompent. Nous dénoncerons sans relâche tout recours à des " scabs " parce que cela va à l'encontre des principes de négociations de bonne foi. »

La présente ronde de négociations concerne 35 établissements syndiqués affiliés à la CSN, qui représentent 5500 travailleurs du secteur de l'hôtellerie dans les régions du Grand Montréal, de Québec, de l'Estrie, de la Montérégie et de l'Outaouais.

Économie