•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marc Bellemare ne se présentera pas contre Charest dans Sherbrooke

Le candidat du PQ dans Sherbrooke, Serge Cardin, et l'ex-ministre libéral Marc Bellemare.

Le candidat du PQ dans Sherbrooke, Serge Cardin, et l'ex-ministre libéral Marc Bellemare.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'avocat de Québec et ex-ministre de la Justice Marc Bellemare a annoncé vendredi matin à Sherbrooke qu'il ne se présentera finalement pas contre le premier ministre sortant Jean Charest dans la circonscription de Sherbrooke.

Il invite par contre les électeurs à choisir le candidat péquiste Serge Cardin. « Il est le meilleur candidat pour battre Jean Charest le 4 septembre prochain. J'incite donc les électeurs de Sherbrooke [...] à voter pour Serge Cardin », a déclaré Marc Bellemare.

« Je ne vous cache pas que je rêve d'en découdre à nouveau avec Jean Charest », a lancé M. Bellemare, faisant référence à son « affrontement » avec le premier ministre dans le cadre de la Commission Bastarache.

« Ce ne sera pas nécessaire, parce qu'il y a déjà ici dans le comté de Sherbrooke un homme qui saura parfaitement représenter les intérêts de ses électeurs à l'Assemblée nationale. Comme il l'a fait pendant plus de 12 ans à la Chambre des communes, à Ottawa. Cet homme, c'est Serge Cardin. »

Marc Bellemare avait annoncé plus tôt cette semaine qu'il jonglait avec l'idée de se présenter comme candidat indépendant dans la circonscription du premier ministre sortant Jean Charest, qui la détient depuis 14 ans.

Il s'était toutefois dit conscient que sa candidature pourrait diviser le vote et permettre la réélection de Jean Charest.

Marc Bellemare a été élu dans la circonscription de Vanier, dans la région de Québec, en 2003 sous la bannière libérale. Il a été ministre de la Justice d'avril 2003 à avril 2004, avant de claquer la porte du Parti libéral du Québec. En 2010, ses allégations avaient mené à la mise en place de la commission Bastarache, qui s'était penchée sur le processus de nomination des juges.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !