•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transports : quand le PQ s'inspire de plans stratégiques existants

Le reportage de Thomas Gerbet
Radio-Canada

La chef du Parti québécois propose une série de solutions pour améliorer le transport en commun dans la grande région de Montréal. Pauline Marois promet entre autres de prolonger la ligne bleue du métro d'ici 2020 et de créer 300 kilomètres de voies réservées pour les autobus et le covoiturage.

Pauline Marois veut changer la vie des travailleurs retardés par la congestion routière et le manque de transports collectifs. « Nous pouvons et nous devons, surtout, redresser la situation. On va donc remettre de l'ordre dans les transports », a-t-elle déclaré.

Vérifications faites, le PQ reprend à son compte des objectifs qui existent déjà. La plupart des promesses de Pauline Marois se retrouvent dans le Plan stratégique de la Société de transport de Montréal (STM), publié en décembre 2010.

Tout comme le PQ, la STM prévoyait d'augmenter l'achandage du transport en commun de 40 % et d'ajouter 300 kilomètres de voies réservées. La société de transport prévoyait aussi de prolonger la ligne bleue vers Anjou d'ici 2020.

« Nous prenons l'engagement formel que le train de l'Est sera opérationnel de Montréal à Mascouche avant la fin de 2014 », a affirmé Mme Marois. En fait, les travaux sont déjà en cours. L'Agence métropolitaine de transport pense même achever la ligne en 2013.

« Il faut remettre de l'ordre dans les travaux routiers. Les travaux urgents ou qui mettent en cause la sécurité des personnes seront priorisés », a déclaré la chef du PQ. Là aussi, un comité pour coordonner les chantiers a déjà été mis en place il y a un an par la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec.

Quant à l'électrification des véhicules de transport, promise par le Parti québécois, elle fait déjà partie d'un plan d'action mis sur pied l'an dernier par le gouvernement.

Politique