•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marc Bellemare songe à se présenter contre Jean Charest dans Sherbrooke

Radio-Canada

L'ancien ministre de la Justice Marc Bellemare jongle avec l'idée de se présenter comme candidat indépendant dans la circonscription de Sherbrooke, détenue par le premier ministre sortant Jean Charest depuis 14 ans.

L'avocat de Québec a confirmé lundi soir à plusieurs quotidiens québécois qu'il évaluait la possibilité de se présenter contre Jean Charest.

Il ne cache pas que son objectif principal est de battre le premier ministre et de contribuer à la chute du gouvernement libéral. Marc Bellemare se dit toutefois conscient que sa candidature pourrait diviser le vote et permettre la réélection de Jean Charest.

L'ancien ministre de la Justice a jusqu'à samedi pour déposer sa candidature auprès du Directeur général des élections du Québec.

Il s'agirait d'un retour en politique pour Marc Bellemare. Ce dernier avait été élu dans la circonscription de Vanier en 2003 sous la bannière libérale. Il a été ministre de la Justice d'avril 2003 à avril 2004, avant de claquer la porte du Parti libéral du Québec.

En 2010, les allégations de Marc Bellemare avaient mené à la mise en place de la commission Bastarache, qui s'était penchée sur le processus de nomination des juges.

Le premier ministre sortant Jean Charest

Le premier ministre sortant Jean Charest

Réaction de Jean Charest

Le chef libéral a réagi mardi matin au souhait de Marc Bellemare de se présenter contre lui aux prochaines élections dans la circonscription de Sherbrooke. « Il a le droit de se présenter. On vit en démocratie puis les élections, c'est ça. J'ai déjà eu une candidature d'un autre candidat à Sherbrooke qui s'est présenté », a affirmé Jean Charest.

Ce dernier a ajouté que ce sont les électeurs de la circonscription de Sherbrooke qui trancheront. « À la population de Sherbrooke de décider. Moi, je lui fais confiance, c'est une population avec laquelle j'ai grandi », a dit Jean Charest.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) a aussi réagi mardi matin à la nouvelle. À un journaliste qui lui demandait s'il aurait aimé avoir Marc Bellemare comme candidat, François Legault a répondu en vantant la qualité du candidat de son parti dans la circonscription de Sherbrooke, Philippe Girard. « On a 125 excellents candidats, je ne vois pas pourquoi on aurait besoin de M. Bellemare, a tranché le chef de la CAQ. Nulle part. »

M. Legault a déclaré qu'il n'y avait pas eu de discussions entre Marc Bellemare et lui ou son « entourage immédiat ». Il a cependant reconnu qu'il y avait « beaucoup de monde dans la CAQ ».

De son côté, la chef du Parti québécois (PQ), Pauline Marois, a rappelé que le candidat péquiste dans Sherbrooke, Serge Cardin, avait déjà succédé à Jean Charest à titre de député fédéral, lorsqu'il était au Bloc québécois. Elle a dit espérer qu'il fasse de même sous la bannière du PQ.

Quant à la bataille dans Sherbrooke, Mme Marois a jugé qu'elle était « bien engagée avec le candidat du Parti québécois ». « Alors, j'aimerais qu'on continue d'aller dans ce sens-là, mais je ne peux pas prendre de décision à la place de M. Bellemare », a-t-elle conclu.

Stratégie possiblement favorable à Charest

Selon le politologue Réjean Pelletier, la candidature éventuelle de Marc Bellemare dans la circonscription de Sherbrooke, en tant que candidat indépendant, pourrait avoir l'effet inverse et favoriser la réélection du chef libéral Jean Charest.

Il croit que la stratégie de Marc Bellemare pourrait se retourner contre lui. « Dans ce cas-ci, je pense que ça nuirait à tous les candidats qui se présentent pour l'opposition contre Jean Charest. Ça viendrait diviser le vote. Peut-être que ça permettrait plutôt à Jean Charest d'être réélu plus facilement. »

Québec

Politique provinciale