•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Secteur de l'auto : début des négociations à Toronto

Le directeur général des relations de travail à General Motors, David Wenner (gauche), et le directeur exécutif des relations de travail de General Motors, Rex Blackwell (droite), le 14 août 2012

Le directeur général des relations de travail à General Motors, David Wenner (gauche), et le directeur exécutif des relations de travail de General Motors, Rex Blackwell (droite)

Photo : La Presse canadienne / Michelle Siu

Radio-Canada
Mis à jour le 

Le syndicat des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA) et les représentants des compagnies General Motors (GM) et Chrysler ont donné le coup d'envoi mardi à une première ronde de négociations. Les discussions, qui s'annoncent difficiles, doivent mener au renouvellement des conventions collectives de près de 24 000 employés de l'industrie automobile au Canada.

Le syndicat, qui s'entretiendra aussi avec Ford mercredi, a fait des concessions lorsque le secteur automobile était en difficulté, lors de la récession de 2008-2009.

Les TCA affirment maintenant vouloir un partage des profits, maintenant que l'industrie s'est relevée. Ils estiment aussi que les constructeurs doivent investir dans leurs installations canadiennes afin d'améliorer la sécurité d'emploi.

« Si les compagnies veulent imposer de nouvelles concessions aux travailleurs, nous avons un sérieux problème », a lancé le président du syndicat des TCA, Ken Lewanza.

« GM et Ford enregistrent des marges de profit records en Amérique du Nord et Chrysler a retrouvé la voie de la rentabilité plus rapidement que quiconque aurait osé l'espérer en 2009 , a déclaré M. Lewenza. Les compagnies ont appris à faire de l'argent, même à petite échelle. Les sacrifices des travailleurs ont joué un rôle important dans ce succès », a-t-il ajouté.

Selon un rapport d'Études économiques Scotia, les ventes d'automobiles ont augmenté de plus de 10 % en Amérique du Nord durant les six premiers mois de l'année, ce qui fait jusqu'à présent de 2012 la meilleure année depuis 2007. Les gains reflètent la poussée des achats constatée dans le monde entier, sauf en Europe de l'Ouest, incluant une hausse de 6 % des ventes d'automobiles depuis le début de l'année.

Les constructeurs ne partagent toutefois pas l'enthousiasme du syndicat, arguant qu'ils perdent beaucoup d'argent en Europe, où l'économie inquiète. Depuis des mois, les trois géants de l'automobile répètent aussi que le coût de leur main-d'oeuvre et le dollar canadien sont trop élevés.

Selon Carlos Gomes, économiste principal et spécialiste du secteur automobile chez Études économiques Scotia, les modifications apportées à la façon dont sont couverts les soins de santé des travailleurs ont rendu la production plus coûteuse dans les usines canadiennes qu'aux États-Unis.

Les TCA espèrent éviter une grève qui freinerait les constructeurs dans leur élan. Ils ont jusqu'au 16 septembre pour s'entendre avec les employeurs.

Le syndicat représente approximativement 4500 employés de Ford, 8000 travailleurs de General Motors et 8000 autres chez Chrysler.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie