•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saines habitudes de vie : Pauline Marois se défend d'avoir ciblé Gaétan Barrette

Radio-Canada

Sous le feu de ses adversaires, la chef péquiste Pauline Marois s'est défendue, dimanche, d'avoir ciblé le candidat caquiste Gaétan Barrette avec des propos sur les saines habitudes de vie.

En conférence de presse à Québec, Mme Marois a déclaré que tous les Québécois étaient responsables d'avoir des habitudes qui favorisent une bonne santé.

« Mon propos visait tous les Québécois. »

Pauline Marois

« Je crois qu'un ministre de la Santé a le devoir d'être exemplaire. Comme pour moi, un ministre de l'Éducation a le devoir d'être exemplaire [et doit] envoyer ses enfants à l'école publique ». Voilà la phrase prononcée samedi par Pauline Marois et qui a choqué Gaétan Barrette, qui y a vu une allusion directe à sa personne.

Le candidat de la Coalition avenir Québec dans Terrebonne a été piqué au vif. Comme il est présenté par François Legault comme le futur ministre de la Santé dans un gouvernement caquiste, M. Barrette estime que Pauline Marois faisait référence à son surpoids.

Il croit que le commentaire offusque « la moitié de la population du Québec ».

À tous les citoyens du Québec qui avons un surplus de poids : répondons à Pauline Marois en votant CAQ. Rien à cirer du mépris.

Gaétan Barrette, sur Twitter

La chef du PQ devrait s'abstenir de tenir de tels propos, selon le candidat de Terrebonne, d'autant plus qu'elle a essuyé elle-même de nombreux jugements en tant que femme dans le milieu politique.

Mme Marois, c'est la politicienne qui a été critiquée le plus dans sa carrière. On l'a critiqué comme femme, on l'a critiqué pour son habillement, ses bijoux, sa coiffure. Elle a subi ça, et aujourd'hui, elle arrive avec ce genre de propos.

Gaétan Barrette, en entrevue à Radio-Canada

Pauline Marois a fait ces commentaires en réponse à la question d'un journaliste qui lui demandait si un ministre de la Santé se devrait de donner l'exemple. Elle s'est prononcée dans le cadre d'une annonce péquiste à Terrebonne. Elle y proposait un crédit d'impôt pour encourager les jeunes à faire du sport.

Saines habitudes de vies et candidats ministrables

Peu après le début de la campagne électorale, les trois aspirants au poste de ministre de la Santé, Yves Bolduc, Réjean Hébert et M. Barrette, tous médecins, avaient été interviewés par Le Journal de Montréal au sujet de leurs habitudes de vie.

Le quotidien a rapporté que M. Hébert, candidat péquiste, affirmait avoir une alimentation équilibrée, tandis que M. Barrette admettait ne pas être un exemple à suivre. « Je ne suis pas le modèle de santé. [...] Je suis un individu gourmand, avait-il confié. Et la nourriture diète n'est pas nécessairement gourmande. À un moment donné, je vais venir à le corriger [ce défaut]. »

Le crédit d'impôt proposé par Pauline Marois sera, en cas de victoire du PQ aux élections, de 500 $ par enfant de 5 à 16 ans pour toute inscription à des activités sportives.

Les familles éligibles à cette mesure seraient celles dont le revenu familial est de moins de 130 000 $. Le PQ estime que 300 000 jeunes seraient concernés.

Ce crédit d'impôt coûterait 25 millions de dollars, et serait financé par le fonds de la taxe spécifique sur les produits du tabac.

Avec La Presse canadienne

Politique