•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La FEUQ et la FECQ exposent leurs revendications

Les explications de Valérie-Micaela Bain

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) ont mis de l'avant une série de revendications pour les partis politiques, lundi, présentant des demandes qui dépassent le cadre de l'éducation.

La plateforme des deux grandes fédérations étudiantes postsecondaires québécoises porte sur cinq grands thèmes :

  • Éducation
  • Finances publiques
  • Économie
  • Environnement
  • Implication démocratique

Au total, une quarantaine de propositions sont émises par la FEUQ et la FECQ, allant des droits de scolarité à l'éthique chez les partis politiques, en passant par le développement durable. « On oublie souvent que les étudiants sont des Québécois à part entière et qu'ils ont des préoccupations autres que leurs études », a déclaré Martine Desjardins, présidente de la FEUQ, lors d'une conférence de presse commune avec Éliane Desjardins, présidente de la FECQ.

En éducation, qui demeure le premier cheval de bataille des étudiants, les deux fédérations demandent aux différentes formations politiques de décréter un gel des droits de scolarité au niveau de l'hiver 2012. Elles réclament aussi une bonification de l'aide financière aux étudiants, l'instauration de mesures pour limiter leur endettement, et l'amélioration de la gestion des universités. Finalement, elles demandent la tenue d'états généraux sur l'éducation universitaire ainsi que des mesures pour répondre aux besoins des régions.

Parmi les autres demandes, les fédérations demandent notamment aux partis de réviser à la hausse l'impôt sur le revenu des particuliers pour les contribuables à hauts revenus, d'investir dans les transports collectifs et l'abolition de la loi 12 (projet de loi 78).

« Faire sortir » le vote des jeunes

Si les fédérations étudiantes souhaitent que les partis politiques prennent en compte leurs revendications, déplorant le peu de propositions faites à la jeunesse québécoise lors de la première semaine de campagne, elles réitèrent également leur appel aux jeunes, qu'elles incitent à aller voter en septembre prochain.

La FECQ et la FEUQ se sont fixé un objectif ambitieux, affirmant avoir retenu leur leçon des élections de 2008, qui avaient été marquées d'un taux de participation de 41 % chez les jeunes, a rappelé Éliane Laberge.

Cette fois-ci, les fédérations misent sur la note de passage, et même plus, avec un objectif de 65 % de participation chez les jeunes électeurs de 18 à 34 ans.

« Les jeunes doivent se faire entendre et les partis politiques devraient, en se remémorant les événements de l'hiver et du printemps dernier, savoir que leur poids comptera dans la balance au moment du vote. »

Martine Desjardins, présidente de la FEUQ

« Ils ne pourront plus dire que les jeunes ne sont pas intéressés à la politique québécoise et ils seront obligés de nous prendre en considération non seulement pendant la période électorale, mais aussi pendant leur prochain mandat. »

Éliane Laberge, présidente de la FECQ

Quant à la rentrée des classes, qui s'échelonnera du 13 au 17 août pour 14 cégeps, Éliane Laberge a pris soin de souligner que le conflit étudiant n'était pas terminé.

La présidente de la FECQ a précisé que des assemblées générales seront tenues, dont certaines à partir du 8 août. « Ce n'est pas à nous de décider pour les étudiants. Ils choisiront par eux-mêmes ce qu'ils veulent faire et auront plusieurs facteurs à prendre en considération. Ce ne sera pas aussi simple de voter maintenant qu'en février [...] », a dit Mme Laberge.

Martine Desjardins et Éliane Laberge incitent les jeunes à aller voter.Martine Desjardins et Éliane Laberge incitent les jeunes à aller voter.

Un calendrier d'actions

Les deux fédérations étudiantes ont par ailleurs dévoilé une série d'activités qui seront tenues pendant les élections. Une soirée du type Rock the Vote aura lieu le 25 août, à Montréal. Rock the Vote est une ONG née aux États-Unis dans les années 1990 qui incite les jeunes à aller voter, principalement par l'intermédiaire de vedettes de la musique lors de messages publicitaires ou de spectacles. La FEUQ et la FECQ n'ont pas encore annoncé quels artistes participeront au grand spectacle québécois de la fin août.

Parmi les autres actions, une séance de clavardage aura lieu avec Martine Desjardins sur Twitter le 19 août, une marche familiale se tiendra le 1er septembre, puis, la veille des élections, les étudiants feront une veillée aux chandelles à Montréal.

Par ailleurs, les deux fédérations ont envoyé une série de questions aux partis politiques portant sur les thèmes présentés dans leur plateforme. Les réponses seront publiées dans le journal La Voix étudiante.

La FECQ et la FEUQ ont aussi répété qu'elles seraient présentes sur le terrain pendant tout le mois d'août pour sensibiliser les étudiants à l'enjeu électoral. Elles ont d'ailleurs ciblé 25 circonscriptions jugées prioritaires, dont celle du chef libéral Jean Charest, à Sherbrooke.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique