ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aller au menu principalAller au contenu principalAller au pied de page
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Syrie : le premier ministre fait défection et rejoint l'opposition

Le compte rendu de Frédéric Arnould

Le premier ministre syrien Riad Hijab a fait défection dans la nuit de dimanche à lundi pour se rendre en Jordanie. Il rejoindra plus tard le Qatar, selon son porte-parole Mohamed Otri et un membre de l'opposition syrienne.

Peu avant l'annonce de la défection du premier ministre par plusieurs médias, la télévision officielle syrienne a annoncé que Riad Hijab avait « été démis de ses fonctions de premier ministre ».

Selon Al-Jazira, l'ancien premier ministre a confirmé sa défection « du régime meurtrier et terroriste » et a annoncé qu'il rejoignait « les rangs de la révolution de la liberté et de la dignité » dans un communiqué lu par un porte-parole.

Le même communiqué dément le congédiement de M. Hijab, qui n'aurait été annoncé qu'après que les autorités eurent réalisé sa défection, prévue depuis « des mois », rapporte Al-Jazira.

En Syrie, la télévision d'État précise que le vice-premier ministre et ministre de l'Administration locale, Omar Ghalawanji, a été désigné pour « expédier temporairement les affaires courantes ».

Ancien ministre de l'Agriculture, Hijab avait été nommé premier ministre en juin dernier à l'issue des élections législatives du mois précédent, qui avaient été boycottées par l'opposition.

Ce départ porte un des coups les plus durs au président Bachar Al-Assad, plus de 16 mois après le début de la révolte contre son régime.

Défections en série

Cette défection du chef du gouvernement survient au lendemain de la défection, selon Al-Arabiya, de Yaarab Al-Charaa, le responsable du renseignement dans l'appareil de la sécurité politique.

Ce dissident est le cousin du vice-président syrien Farouk Al-Charaa. Il est considéré comme faisant partie du cercle restreint du président Bachar Al-Assad et au fait des secrets du régime.

Trois autres officiers ont accompagné M. Al-Charaa en Jordanie, d'où ils ont annoncé officiellement leur défection.

Un quatrième officier de l'aviation a également annoncé sa défection de la Jordanie, où il s'est réfugié.

Par ailleurs, la Turquie reçoit quotidiennement des militaires syriens qui passent la frontière en vue de joindre les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL). Depuis le début du conflit, 31 généraux syriens se seraient réfugiés en Turquie.

L'agence Anatolie a d'ailleurs rapporté lundi qu'un nouveau général de l'armée est arrivé en Turquie en compagnie de 5 officiers de haut rang, de plus de 30 soldats, suivis par environ 400 civils, en majorité des femmes et des enfants.

La télévision d'État attaquée

Le siège de la radio-télévision d'État a été la cible d'un attentat à la bombe lundi matin. L'attaque n'aurait fait que des blessés légers et n'aurait pas perturbé la poursuite des programmes.

La télévision officielle étant le principal outil d'information du régime, cet attentat revêt une forte charge symbolique, d'autant plus que le bâtiment est situé dans un quartier très sécurisé au centre de Damas et qu'il faut passer par plusieurs contrôles pour y avoir accès.

Ce n'est pas la première fois que la télévision d'État est visée par les rebelles. Le présentateur Mohammad Al-Saïd a été enlevé à son domicile à la mi-juillet avant d'être exécuté. C'est le groupuscule le Front Nousra, qui a revendiqué son exécution.

L'Armée syrienne libre (ASL) a condamné cette exécution et démenti toute implication dans cette affaire.

Dans un communiqué transmis au site All4Syria, l'ASL indique que le régime lui « colle » ces accusations pour ternir son image et le présenter comme un groupe de bandits.

Le même jour, le bâtiment de la télévision d'État à Alep a été attaqué sans succès.

Poursuite des combats à Alep, massacre potentiel à Hama

Dans plusieurs quartiers de la ville d'Alep, les bombardements se sont poursuivis lundi.

Le Conseil national syrien (CNS) a accusé les troupes du régime d'avoir perpétré un « massacre » dans la ville de Harbnafsa, dans la province d'Hama.

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, All4Syria, Al-Arabiya, et Al-Jazira

International