•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Van Koeverden et Oldershaw haut la main

Adam van Koeverden

Adam van Koeverden

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Natacha Pisarenko

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Adam van Koeverden a lancé un message clair à ses rivaux lundi matin en ouverture des épreuves de canoë-kayak des Jeux olympiques de Londres.

Sur le bassin d'Eton Dorney, le Canadien a dominé ses deux courses du jour en K-1 1000 m pour accéder à finale, tenue mercredi.

Champion du monde sur la distance et médaillé de bronze aux Jeux d'Athènes, van Koeverden a mené de bout en bout sa demi-finale pour conclure en 3 min 28 s 209/1000.

L'Ontarien de 30 ans a précédé le vétéran norvégien Eirik Veras Larsen, 36 ans et champion olympique à Athènes, par plus de 1,5 s (3:29,547).

Les quatre premiers de chacune des deux vagues accèdent à la finale.

« J'ai eu un très bon départ, un différent couloir de départ, mais ce n'est pas un problème, a assuré van Koeverden. Le vent est correct. Il nuira beaucoup plus aux canoéistes. J'ai toute une journée pour récupérer. Je vais peut-être pagayer cet après-midi. Je suis de bonne humeur! »

Plus tôt en matinée, van Koerverden, également médaillé d'or aux JO d'Athènes et d'argent à Pékin sur 500 m, avait facilement remporté sa vague des préliminaires. Tellement que constatant son insurmontable avance, il avait ralenti dans les derniers mètres.

Oldershaw aussi

En C-1 1000 m, Mark Oldershaw a imité son grand copain van Koeverden en accédant sans peine à la finale.

Troisième aux trois quarts de la course, l'Ontarien, reconnu pour son sprint dans les derniers mètres, a accéléré le tempo pour remonter en 2e place (3:52,97).

Seul le Français Mathieu Goubel a eu le dessus sur Oldershaw, qui avait aussi fini 2e de sa vague de préliminaires.

« Je me sens bien. La série a été plus difficile que je le pensais. Il faisait chaud et c'est une course [demi-finale] difficile à disputer si vite après la série », a affirmé Oldershaw.

En 2008, à Pékin, Oldershaw n'avait pas franchi les demi-finales du C-1 500 m.

Fournel et Cochrane s'échauffent en attendant le 200 m

Ryan Cochrane et Hugues FournelAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ryan Cochrane et Hugues Fournel

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Natacha Pisarenko

Sans surprise, le Québécois Hugues Fournel et son partenaire Ryan Cochrane, de la Nouvelle-Écosse, n'ont pas atteint la finale du K-2 1000 m.

Leur parcours s'est arrêté en demi-finales quand ils ont pris le 5e et dernier rang (3:29,819), loin derrière les vainqueurs suédois Markus Oscarsson et Henrik Nilsson (3:13,125).

Fournel et Cochrane seront donc plutôt de la finale B mercredi.

Le duo canadien avait aussi fini dernier de sa vague en préliminaires, sauf que les gagnants passaient directement en finale et les autres en demi-finales.

Spécialistes du K-2 200 m, Fournel et Cochrane ont pris part au 1000 m parce que le Canada n'avait pas réussi à qualifier sa meilleure embarcation sur la distance, celle de Richard Dober fils et de Steve Jorens, lors des mondiaux de 2011.

Les Canadiens ont donc dû passer par les Championnats panaméricains pour qualifier une embarcation de K-2. Sauf que la Fédération internationale leur a octroyé un billet pour un seul bateau de K-2, qui devait pagayer les deux distances à Londres.

Pour Fournel et Cochrane, le vrai test commence donc vendredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !